film 8 juin

  Le 8 juin dernier, outre la Nouvelle vie de Paul Sjeider et Diamant Noir dont on a parlé en début de semaine, et surtout en plus de l'événement The Neon Demon sur lequel on revient prochainement  d'autres films plus ou moins attendus sortaient en salles, et on on a en vu un petit nombre, dont ces trois films à voir chacun dans leur style.. Petite revue de trois chroniques de sorties du 8 juin 

1. American Hero: je ne suis pas un -super -hero 

 

7b

 Dans la lignée des récents Deadpool, Chronicle et Hancock, et plus proche de nous géographiquement parlant de Vincent n'a pas d'écailles, "American Hero", revisite à sa manière le mythe du super héros dans une vision ultra réaliste et pas forcément très glorieuse de ce personnage aux supers pouvoirs.

 Melvin, (Stephen Dorff) doté du pouvoir de télékinésie, un don qui fait de lui un super-héros, mais celui-ci est aussi très doué pour tout foirer dans sa vie, et n’avoir aucun but précis malgré ce don. 

Présenté sous la forme d’un faux  documentaire intimiste où l’on suit caméra à l'épaule ce un homme d'apparence normale  qui a du mal à faire avec les dons que la nature lui a donné, et on suit sa vie de défonce, de picole entourée de potes et remplies de soirées,avant qu'il ne décide finalement à tenter d'utiliser ses pouvoirs naturels.

Cet American Hero,  un film singulier et attachant, à l'image de son personnage principal, mais souffre quand même d'être un peu trop mou et un peu trop sage d'un syndrome du déjà vu.

Ne trouvant jamais totalement son ton entre la chronique sociale, le film d'action, et la farce entre potes,  American Hero est une oeuvre sympathique mais qui ne remplit pas toutes ses promesses...

  2. Illégitime: Inceste dans une Roumanie enfermée dans son passé

 

illegitime

Avant de voir sur nos écrans deux autres films roumains, Baccalauréat de Cristian Mungiu, auréolé du prix de la mise en scène, et Sieranevada de  Cristi Puiu, tous deux dans la Sélection Officielle, on peut voir  actuellement sur nos écrans   cet excellent « Illégitime »…qui.s’inscrit  d'ailleurs dans la belle  lignée du palmé 4 mois, 3 semaines, 2 mois de Cristian Mungiu.

On aime cet Illégitime  du jeune Adrian Sitaru en tant que métaphore sur un pays, la Roumanie, sclérosé par son passé et enfermé dans son présent…

Le cinéaste tente une mise en scène à mi chemin entre Pialat et Godard… On a de très bons acteurs, un scénario tenu de bout en bout qui va au fond des choses……

Et ce parrallèle frappant et percutant entre une famille close, un pays clos, et une question délicate mais qui traverse tout le film : l'inceste même accepté peut-il faire un beau bébé ?…La photo finale d’une famille heureuse sera incomplète….

Ce film constat n’est jamais lourd, grâce à la performance d' acteurs qui nous donnent l'impression d'être proches de nous…

Et surtout ce beau Illégitime  peut se voir comme une comédie dramatique d’aujourd’hui avec ses passions, ses non dits et ses sujets tabous et rien que pour cette raison, il est fort précieux..….

 

Illégitime Bande-annonce VOSTFR

3. Celui qu'on attendait: Chesnais rejoue son lost in Armenie

celuiqu

Jolie chronique décalée que ce nouveau film du metteur en scène de théâtre reconnu Serge Avédikian qui trois ans après Le scandale Paradjanov, Serge Avédikian revient en Arménie Celui qu'on attendait, son second long métrage de fiction

Sur un scénario coécrit avec Jean-François Dérec, Serge Avédikian  plonge un Patrick Chesnais particulièrement irrésistible dans un milieu a priori hostile, dans un village de l’Arménie, frontalier de l’Azerbaidjian.

Avec ce comédien complètement égaré dans un pays qu’il connait si mal, ce film possède un coté Lost in translation" – le parallèle Bill Muray/ Patrick Chesnais n’a jamais été aussi vrai- qui nous embarque dans des paysages magnifiques à la rencontre de personnalités particulièrement hautes en couleurs et auprès duquel le personnage central va changer de regard et apprendre la générosité et d’autres valeurs qu’il avait un peu oublié..

 On est aussi pas loin d’une certaine comédie à l’italienne, et si le film ne va pas sans quelques longueurs au cours d’un moyen parfois inégal, l’ensemble est vraiment plaisant et très sympathique…

Une belle curiosité à voir avant que le film ne disparaisse de l’affiche..

CELUI QU ON ATTENDAIT de Serge Avedikian - Official trailer - 2016