karinelambert


“Savourer la vie jusqu'au bout, tant que nous avons encore de la force et des jambes assez solides pour oser un détour."

 Karine Lambert  est l'auteur d'un roman qui avait connu un beau succès notamment lors de sa sortie poche « L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes ».

 Son nouveau roman : « Eh bien dansons maintenant » est paru récemment  aux éditions JC Lattès . Ce coup ci la romancière belge traite du sujet toujours un peu tabou de l'amour entre deux personnes au crépuscule de leur vie. les héros ne sont plus tout jeunes.

Marguerite a 78 ans et Marcel, 73 et les deux viennent récemment  de perdre sa moitié après des années de mariage et  sont inconsolables. 

Marguerite notamment vient de perdre son époux, Henri, un notaire guindé, qui ne laissait jamais libre cours à la fantaisie, exception faite pour la musique de Chopin. Son veuvage lui offre liberté et nouvelle perspective d'avenir, chose qui lui fait un peu peur au début, mais qu'elle va surmonter avec la complicité de Marcel. 

Le roman montre bien cette lumière qui se profile dans la plus sombre des impasses, ce moment où les gens pensent être à bout de course, permettant de dépasser les culpabilité inhérents au déces de conjoints, quand on a ce sentiment de ne pas comprendre pourquoi l'autre est parti et pas non.

Roman léger, parfois qui insiste sur ce  beau moment de partage, de tendresse, d'espérance et de convivialité; sur la fragilité et l’ivresse d’une histoire d’amour à l’heure où l’on ne s’y attend plus.

 

Joli pied de nez à la vieillesse. ce roman est un "feel good book", idéal pour cet été..