christophe-jeanneaddedmarikellahana3-7

 Le lundi 11 juillet dernier, il faisait un temps de chien sur Lyon, un climat orageux particulièrement violent où les averses de grèle nous faisaient particulièrement mal  lorsqu'elles venaient se frotter sur notre peau...

Même si cela fait déjà deux semaines,  et que depuis lors, le soleil est pleinement revenu, je m'en souviens très bien: j'étais dehors sur les marches - elles sont de plus en plus hautes chaque année ou c'est moi qui n'arrive plus du tout à les monter sans reprendre quinze fois mon souffle?- du théâtre romain de Lyon Fourvière comme tous les ans depuis plus de 10 ans pour assister à mon premier spectacle de l'année des Nuits de Fourvière lorsque le ciel, déjà parfaitement menacant depuis plusieurs heures s'est mis à gronder à et nous offrir des pluies diluviennes dont il a le secret, faisant venir avec elle la valse des capuches et des panchos.

Du coup, trempé jusqu'aux os, et couvant un début d'angine ( la petite nature),  je n'ai pas eu le courage de prendre l'eau toute la soirée, et me suis enfui au changement de plateau entre les deux artistes, ratant donc la prestation d'un Christophe qui, je l'imaginepour l'avoir vu déjà sur scène,  avait  réussi à magnétiser de sa voix cristalline et ses arrangements si singuliers, tout Fourvière.

Cependant, j'ai quand même eu la chance d'assister entre deux averses à la prestation de Jeanne Added, cette artiste  de la scène rock française dont on commence à parler beaucoup dans la presse spécialisée depuis deux bonnes années.

Il faut dire que cette révélation des Trans Musicales 2014, chanteuse et violoncelliste a un parcours assez singulier : elle a débuté par une formation jazz et classique,  accompagnant la crème de la nouvelle scène jazz (Stéphane Kérécki, Baptiste Trotignon), travaillé avec Thomas de Pourquery et John Greaves avant de sortir un premier album (produit par Dan Levy de The Dø)  totalement ovationné par la critique : "Be Sensational". 

N'ayant pas eu l'opportunité d'écouter son album avant de la voir sur scène j'ai donc fait connaissance avec son univers bien rock , voire un peu grunge, avec  dedans pas mal de revival des années 80,  tout en l'imprégnant dans une certaine modernité.

jeanne addedconcert

 Ce soir là Fourvière revêtait une tonalité toute spéciale: pas de coussins ( interdit lorsque le temps vire à la pluie pour ne pas donner trop d'épaisseur au coussin volant de fin de soirée) et aussi étonnamment pas de fosse ( les places assises devant la scène étant sans doute plus dans l'esprit du concert symphonique donné ensuite par  Christophe), ce que n'a pas manqué de relever Jeanne Added dès son entrée sur scène, nous annonçant que les " gens assis, elle aimait pas ca du tout" et exortant plusieurs fois au cours de l'heure de show les festivaliers à se lever de son siège ou de son gradin et de rappeller à l'ordre tous ceux qui ne respectaient pas la consigne édictée d'une voix sure par l'artiste.

Jeanne a réussi à diffuser une ambiance toute particulière, de sa voix chaude, prrofonde et enragée,   avec les titres "Look at me," "Miss It All", "War is coming"  ou même avec des morceaux plus tranquilles comme la ballade Ready.

On a du mal en la voyant aussi à l'aise sur des registres bien rock à imaginer Jeanne Added vocaliste de jazz – on se dit que sa mue a été radicale et vraiment efficace, mais en la voyant maitriser et moduler sa voix comme elle l'entend on se dit que sa formation classique y est forcément pour quelque chose.

 Visiblement heureuse d'être sur cette belle scène de l'Amphithéâtre de Fourvière, Jeanne a su communiquer sa joie et sa passion  et nous offrir des  compositions très 80’s et très modernes en même temps devant un public qui ce jour semblait tous être né depuis pas mal de temps lors des eighties -comme quoi le public de Christophe est moins jeune que ce que je pensais..

Un artiste que je n'aurais donc pas vu du tout- et la pluie s'est pourtant définitivement arrétée quelques temps après mon départ et le début de son concert, mais la belle découverte Jeanne Added aura permis de compenser du moins en partie ma frustration et de faire pratiquement oublier ces trombes d'eau qui zébraient le ciel de Fourvière..