visu-magritte-1-850x480

 Quelques jours avant d'apprendre le décès de Gotlib qui l'a laissé profondément éffondré, notre cher Michel était allé faire un tour du coté de la capitale pour aller voir une exposition  autour d'un autre artiste qu'il admire particulièrement , décédé lui depuis près de cinquante ans, il s'agit de René Magritte, un des papes du surréalisme mis en avant  en cette rentrée 2016 par le Centre Pompidou . 

magrittetableau

L’exposition Magritte au Centre Pompidou Paris,  »La trahison des images »  depuis la rentrée , propose en effet  une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte.

Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d’autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne. Une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, sont réunis .

 10776257

Pour  André Breton et Paul Eluard, la poésie est une pipe.
Les poètes surréalistes rencontre René Magritte qui leur répond par son célèbre tableau:” La trahison des images”.
magrittepipe
Magritte au Centre Pompidou invite les poètes mais aussi les Philosophes. Il explore la Caverne de Platon, relit Pline l’Ancien, devise avec Michel Foucault, correspond avec Merleau-Ponty et sa peinture devient philosophie.
L’image peut-être trompeuse, la pensée de l’homme est-elle vraie?
magrittepoule
Magritte n'aime rien de plus que de peindre la mise en abime, l’oxymore et le questionnement.
Surtout ne croyez pas que cette peinture est intellectuelle et compliquée, elle est surtout rêveuse et drôle. Magritte n’oublie jamais de jouer avec le visiteur.
On aime l'approche didactique de leur histoire, c’est simple et intelligent en même temps.
Tout le monde pourra aisément y trouver son compte, des lecteur de Télérama  aux autres notamment les enfants, il faut dire que le surréalisme marche bien avec eux......

 

 

Exposition : René Magritte – La trahison des images

Dates : Du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017

Lieu :  Centre Pompidou
Place Georges Pompidou
75004 Paris

Tous les jours (sauf mardi) de 11h à 21h