livre_galerie_9782707343079

"Et c'est un fait que les gens comme moi, j'ai repris, on ne sort pas assez pour avoir toutes les clés de la ville. Pourtant, de chez nous, la ville c'est seulement quoi? Douze kilomètres à peine mais enfin il  y a le pont et un pont peut être que c'est sensé rapprocher mais ca reste un pont avec la mer dessous qui monte toutes les 12 heures et rappelle qu'on habite une presqu'ile, et alors que pour des gars comme moi ou le Goff, il restera toujours 10 cms en dessous qui nous sépare de certains endroits"

 Lors du dernier festival quais du polar, la présence de Tanguy Viel , venu présenter son nouveau roman paru en janvier aux éditions de Minuit , coulait de source,  tant l'auteur bouscule les genres avec ce roman apre qui commence lorsqu'un homme est arrété par la police pour avoir balancé à la mer un promoteur immobilier.

Une histoire d'escroquerie et de meurtre  le long des cotes bretonnes, narrée dans une langue parfois austère et en même temps parfois imagée qui nous plonge dans le paysage venté et océanique du Finistère : cette longue confession intropective d'un type au bout du rouleau amené à faire un geste tres fort.

Résultat de recherche d'images pour "tanguy viel code penal"

L'auteur nous propose une exploration psychologique d'un personnage qui rumine le fait d'avoir été floué, c'est le comment qui interesse l'auteur pas le quoi puisque lacte criminel est narré des le début...

" Maintenant le juge agitait les mains sur ses dossiers et déjà il sortait d'une des chemises qui peuplaient son bureau toute une série de photographies qu'il a déposées là devant moi, et qui témoignaient de l'état d'avancement des travaux dans le parc, si on peut encore appeler ça un parc.."

Le récit déroule tout au long de cette confession l'absence de probité dont peuvent parfois faire preuve les gens qui aiment particulièrement l'argent, et leur infini pouvoir de destruction.

Article 353  du code pénal - on comprend à la fin l'importance de cet article du code- développe une sorte d'empathie pour ce cruel qui étonne et met mal à l'aise avec belle réalité sociale ...

Une lecture dérangeante, certes pas aussi forcément bouleversante que la grande majorité de la presse l'a dit, mais assurément interessante...