gardinlu

 

"Soi- même ca n'existe pas! On remet même en cause le fait que notre identité sexuelle soit déterminée par notre sexe biologique. Comme dit Simone, on ne nait pas on le devient... ou pas.. Il suffit de regarder Frigide Barjot pour  s'en persuader."

 Alors qu'elle est actuellement, sur les planches de l’Européen- cette chère salle de spectacle que je fréquentais assidument du temps de ma jeunesse parisienne,  où elle produit son deuxième spectacle «Je parle toute seule», j'ai un petit train de retard en me penchant récemment sur  le 1er spectacle de cette humoriste dont tout le monde parle en ce moment à savoir Blanche Gardin, et vraie révélation de la scène comique de ces dernières années.

"C'est une fausse bonne idée la formule hôtelspa quand tu viens de te faire larguer. Je suis désolée mais quand tu croises ton reflet dans un miroir le visage rouge et bouffi par le hammam, en chaussons  et peignoir à 15h30, t'as du mal à te persuader quee ta vie est sur le point de prendre un nouveau départ."

 Découverte il y a plusieurs années déjà  dans le Jamel Comedy Club, puis sur Canal+ dans les séries Bref et Working Girls, j'ai pu plonger dans l'univers de cette humoriste au franc parler particulièrement acerbe à l'occasion de la publication en Poche  aux éditions J'ai  lu de l'intégralité de son 1er show, "il faut que je vous parle".

 

blanche

Un spectacle  dont j'avais vu une petite partie à l'occasion d'un spectacle Les insolents à Lyon il y an environ qui mettait en avant des humoristes un peu trash, dont l'incontrôlable Pierre Emmanuel Barré qui a récemment  bien fait parler de lui.

" A un moment, il faut assumer sa condition d'hommes: je vous rappelle que c'est pour cela que vous avez deux couilles: votre mère en coupe, votre femme coupe l'autre, c'est la nature, ce n'est pas nous qui avons inventé le bordel, mais on suit les pointillés c'est tout..."

Le spectacle  de Gardin est interdit au moins de 16 ans, et il  parle de tout, de manière dévergondée et totalement décomplexée, notamment  de sexualité de manière décomplexée,  et forcément on rit à  gorge bien  déployée , surtout si on est entre amis

Ce genre d'humour qui  provoque une petite gène si on le voit ou en couple tant le côté transgressif  de l'humour de Blanche Gardin ne ménage rien, et surtout pas la relation cojuagle, et qu'elle ose dépasser allégrement la frontière de l'intime avec ses réflexions assez terrifiantes sur le couple mais souvent très justes il faut bien l'avouer..

Tous les sujets sensibles y passent : célibat, religion, sexe, racisme ambiant, mort, pédophilie, alternant avec des sujets moins sensibles : la compagnie Créole, les livres de développement personnel, le paradoxe du bobo...

" Parce que c'est ca dont il s'agit quand le mec te dit un jour " ouais faut qu'on se sépare, j'me sens pas libre dans la relation".

Ben non connard, c'est la définition du couple en fait. Les gens accrochent  des cadenas sur les ponts pour symboliser leur amour. Et ils jettent la clé dans la Seine, tu ne t'es jamais demandée pourquoi? Mais si tu penses que ca sera mieux avec quelqu'un d'autre, vas y, va reproduire le shcéma avec quelqu'un d'autre"

Le livre , enrichi d'autant de quelques inédits sur scène reprend l'ensemble des ingrédients qui ont fait tout le succès de Blanche : une belle pointe de cynisme, une belle pincée de désenchantement, un zeste de cruauté, mais énormément de réalisme et d'humour dans cette vision si personnelle de la vie d'une quadra larguée..

Alors certes, sur scène c'est encore plus jubilatoire tant son humour décapant marche encore mieux avec ses mimiques et sa dégaine  et son air de ne pas y toucher  mais ces états d'âme  sans aucune gêne ni pudeur fonctionnent aussi parfaitement à l'écrit et passent formidablement bien la rampe de l'écriture .

 

On adore ses punchlines acérées  et ses formidables 'intentions politiques, féministes et humanistes  qui prouvent que l'artiste est résolument moderne , contemporaine et inspirante.

Tous les sujets sensibles passent à sa moulinette acérée : célibat, religion, sexe, racisme ambiant, mort, pédophilie,   la famille, les amis, les hommes, la politique, le sens de la vie sur terre et aussi d'autres nons moins importants sujets que  la compagnie Créole, les livres de développement personnel, le paradoxe du bobo....

 Effectivement, l'interdiction aux moins de 16 ans semble  des plus sages, et l'on se gardera  bien de faire lire à des jeunes gens plein d'espoirs et d'illusion la perception particulièrement noire de Madame Gardin mais les autres se réjouiront largement  et risquent comme moi à la lecture dans le métro de ce court mais intense texte d'avoir   larmes de rire du début à la fin. de sa lecture