sortieroute

En une gorgée de grenadine, la femme de Régis redevient une fillette de 8 ans/9 ans : voilà le ( sympatoche) postulat de départ de la nouvelle BD de Didier Tronchet.

Qu'il touche à la BD (Jean-Claude Tergal, Raymond Calbuth…), au roman (Le Fils du Yéti), ou même au cinéma (Le Nouveau Jean-Claude),  j'ai toujours eu pas mal de tendresse pour le néo-Lyonnais  Didier Tronchet, un artiste tendre et sensible.

 

 Pour sa dernière BD à ce jour, un one-shot qui mélange les genre du road-movie et du conte philosophico- fantastique, un homme pressé et qui a du mal à se détendre  part avec sa femme sur les routes d'Ardèche.

Tout se passe bien sauf quand il va se retrouver nez à nez avec l'enfant qu'était sa femme il y a trente ans, suite à une transformation que celle ci connait après avoir bu un verre de grenadine.

tronchet

Réflexion  douce amère sur la difficulté à débrancher de notre monde ultra connecté, Sortie de Route séduit grâce au ton Tronchet, à la fois nimbé d'amertume et de nostalgie mais surtout comme d'habitude gorgé de tendresse.

Au niveau graphique, Tronchet conserve un  traditionnel dessin ultra stylisé avec des trognes de personnages reconnaissables entre milles.

L'auteur opte en effet  pour un découpage classique, six cases façon « gaufrier » pleinement exploité, d'autant plus que l'illustrateur sait manier les  couleurs vives, dressées à l'aquarelle, sans oublier la lumière  de l'album étant particulièrement élégante et harmonieuse.

Qu'importe si l'approche psychologique et métaphysique du pitch de départ parait insuffisamment exploité et laisse un peu sur sa faim, et soyons heureux de retrouver l'univers du créateur de Jean-Claude Tergal  tour à tour malin, astucieux et léger.