Christopher Smith et  Alexandre Aja sont deux  (plus si) jeunes cinéastes dont les adorateurs du cinéma de genre ont beaucoup chanté les louanges  à l'aube des années 2010 qui n'ont pas forcément tenu toutes leurs promesses et qui reviennent donner des nouvelles  en 2017 avec deux films directement sortis en vidéos sans passer par la case sortie salles...  Résultat du match : notre frenchie national l'emporte par KO...

 1. Détour  (Distributeur : L'ateliers d'Images- sortie le 11/04/2017)

 

detour_vluray-ea6e6

Christopher Smith avait, il y a quelques années déjà,  réalisé un film d'horreur qui avait fait sensation  Creep, survival horrifique angoissant, prenant place dans un métro londonien habité par une bestiole sanguinaire.

Après être un peu rentré dans le rang, il a récemment réalisé u nouveau film  Détour-  directement sorti en vidéo chez UFO.

Un  DTV précédé de bons échos pour les rares qui avaient pu le voir en festival ou en VOD avant sa sortie DVD. 

Comme à son habitude, Smith nous livre une intrigue  complexe avec une narration tortueuse et mise en scène à effets qui n'aime rien de plus que tromper le spectateur.

detour

Harper, jeune étudiant en droit, tient son beau-père pour responsable d’un accident qui a plongé sa mère dans le coma. Un soir, dans un bar, alors qu’il noie son chagrin dans l’alcool, il rencontre un voyou et une stripteaseuse. Ensemble ils élaborent un plan machiavélique pour se débarrasser de lui. Commence une virée vengeresse, qui va contraindre Harper à assumer ses choix...

C'est parti pour un  road-movie trépidante et une plongée dans une Amérique profonde à la manière d'un "True Romance" ou "Sailor et Lula" .

Smith joue beaucoup sur un montage parrallèle et des slipts screens qui questionnent fréquemment  sur la temporalité de l'intrigue.

Truffé de rebondissements, dont un twist au milieu de parcours qui bouleverse tout ce qu'on venait de voir, Détour n'ennuie évidemment pas le spectateur qui veut savoir où le cinéaste cherche à le mener..

Malheureusement, la réalisation stylisée  et quelques effets visuels plus ou moins pertinents n'empechent pas de trouver le scénario finalement pas si élaboré et intelligent que cela, une fois que toutes les clés du puzzle sont données..

Bref, ce Détour s'avère être un thriller malin  et prenant mais finalement un peu vain et prétentieux..  

 

   Distributeur : L’atelier d’images  un film disponible sur plateforme VOD MyTf1

2. La 9ème vie de Louis  Drax; ( Carlotta films; sortie le 21 juin)

la-9-eme-vie-de-louis-drax-dvd-jaquette

Pas de chance Louis, le jour de ton neuvième anniversaire tu es tombé d’une falaise, depuis tu es dans le coma et ton père a disparu.  Ta mère petite oiseau fragile et effrayé retrouve de l’espoir et un peu de chaleur auprès du jeune docteur Allan un neurologiste réputé. Bon en même temps tu as l’habitude des hôpitaux depuis ta naissance tu as échappé huit fois à la mort , chaque année, bing: une chute, pshitt: une électrocution, gloups: un empoisonnement, p’tit Louis tu es un dur mais cette fois ta mère se demande vraiment si tu vas t’en sortir.

Le fils d’Alexandre Arcady Alexandre Aja, a acquis la réputation d’un spécialiste du film fantastique qui a pu démontrer depuis plusieurs long métrages et notamment depuis son Haute tension en 2003 un goût pour des plans et des atmosphères à l’américaine et son premier long, , est remarqué. puis avec remakes réussis des grands succès gore US (La colline a des yeux en 2006 ou Piranha 3-D en 2010) ou horrifiques coréens (Mirrors en 2008).

En sortant La 9e vie de Louis Drax d’Alexandre Aja, Carlotta Films quitte le sillon du  cinéma d’auteur de films dite du patrimoine (Fassbinder, Kurosawa, Godard, ou la récente et sublime rétrospective consacrée à  Lino Brocka.. .) pour s’intéresser à un film plus contemporain et moins estampillé auteur, du moins en apparence.
 
. la-9e-vie-hopital
 
Les ingrédients de cette  9e vie de Louis Drax sont alléchants :  San Francisco, une famille adorable, un drame...un suspens bien mené, une mise en scène au cordeau...un bon film pop-corn, une lointaine référence à Vertigo d’Hitchcock, qui se passait à San Francisco et qui était adapté d’un roman de Boileau et Narcejac: “D’entre les morts”...
D’entre les morts tiens , tiens donc ...à propos, un réveil de coma ne revient-il pas d’entre les morts?

Comme à son habitude, Aja aborde en cinéphile les films de Wes Craven ou  de Joe Dante et réussit à redonne une belle impulsion au cinéma fantastique américain, même dans un habillage assez classique et mainstream comme ici ...

Une vraie curiosité à conseiller aux amateurs du genre et ils sont nombreux..

 

 

Distributeur: Carlotta films

Plus d'informations ici meme :