le-bureau-des-legendes-saison-3-portes-ouvertes-corps-tendus-ames-a-vif,M453847ON revient une troisième fois sur la série les bureaux deS légendes :  une série  créée de A à Z par Eric Rochant, fasciné par les espions et qui heureusement retrouve le talent des Patriotes et pas l'échec de Mobius en 2014.

A travers les (mes)aventures de Guillaume Debailly, alias Malotru, un des agents les plus efficaces d'une section chargée des espions infiltrés à l'étranger, cette série, particulièrement juste et très équilibrée - entre la "légende" et le quotidien des agents greffe parfaitement un récit à suspens particulièrement palpitant, chronique anti spectaculaire sur les arcanes des services secrets avec une réalisation  racée et toute nuancée, avec cerise sur le gateau, un Mathieu Kassovitz, sobre et réellement inspiré.

Portée par une écriture souvent  claire et précise, d’une réalisation très carrée et d’un casting vraiment solide, ces bureaux deS légendes sont une des meilleures séries françaises depuis longtemps...

artus

 Cette troisième saison, avec plus de scènes d’action (filmées au Maroc), nous emmène de Paris en Azerbaïdjan, en Turquie, en Syrie et en Irak. Ça bouge et la tension dramatique est fermement soutenue par un scénario et un montage particulièrement alerte et maitrisé.

Guillaume Debailly, alias Paul Lefebvre, dit « Malotru », est prisonnier de Daesh, quelque part en Syrie ou en Irak. À l’intérieur de la DGSE, certains veulent le récupérer alors que d’autres estiment que l’abandonner à son triste sort règlerait bien des problèmes, d’autant plus qu’il ne faudra pas compter sur un soutien des Américains pour sa récupération.

Nadia el-Mansour est envoyée à Istanbul pour tenter d’établir un contact avec les ravisseurs. Marina Loiseau, dite « Phénomène », encore mal remise du tour dramatique qu’a pris sa mission en Iran, réussit à se faire embaucher à Bakou, dans un centre chargé de surveiller la sismologie des pays bordant la Mer Caspienne, dont l’Iran.

bdl

Aucun signe d’essoufflement dans ce troisième chapitre de la série Le Bureau des légendes :  cette troisième saison nous a semblé encore mieux  construite que les deux précédentes, et nouvelles aventures de Marina et la première mission de Nadia el-Mansour.sont autant haletantes que brillantes

 

Le Bureau des légendes - Saison 3

La grande force de la série est de partir d'un contexte géopolitique très réel et documenté-  notamment au sujet de ’implantation de Daech en Syrie, ou le fait pour les puissances occidentales pour contenir le développement d’un armement nucléaire de l’Iran,  et de réussir à l'allier à une fiction prenante et crédible  pour parvenir à tisser une toile de fond qui ancre la série dans l’actualité.

Portée par Mathieu Kassovitz particulièrement mis à l'épreuve physiquement dans cette saison, cette saison 3 palpitante, la série joue plus que jamais sur la frontière mouvante entre la fiction et l'actualité.

Une autre caractéristique de cette saison est de mettre l’accent sur l’interaction entre services de la DGSE, et le terrain, avec une apparence de réalisme certainement favorisée par la contribution, affichée dans les crédits, de la Délégation à l’information et à la communication du ministère de la défense

Une série d'une intensité dramatique forte,d'aussi belle tenue que son modèle assumée Homeland.