9782746745728_BENNETT_CœurBattant_COUV
 "Nous n'aurions pas du faire ca . Mon être spirituel est affligé. Mais Candice avait refusé de se sentir coupable. Ils n'avaient obligés cette fille en rien. Une fille qui ne voulait pas d'enfant trouvait toujours un moyen de s'en débarasser. La meilleure solution , la solution chrétienne c'était de lui faciliter les choses. Ensuite elle pourrait partir à l'université et sortir de leurs vies. Ce n'était pas une issue parfaite, mais dieu soit loué : le drame avait été évité".

 

Révélation des plumes anglo-saxonnes de cette rentrée,  Brit Bennett  n'a même pas la trentaine, et à la lecture de son tout premier roman "Le Cœur Battant de nos mères", qui a triomphé au États Unis lors de sa parution l'an passé (à 27 ans  exactement) on se dit qu'on aurait donné facilement vingt de plus tant sa plume et sa narration est en tous points maitrisée!

 

En même temps, diplômée de littérature à Stanford, miss Benett a eu la chance de suivre  des cours de  « creative writing »,  à Oxford, une discipline qui n'existe pas en France et qui prouve si besoin est que nos homologues américains prennent vraiment l'écriture très au sérieux.

 

Classé dans les meilleures ventes de livres en 2016 aux États-Unis, l'intrigue  de ce "cœur battant de nos mères" a pour toile de fond une communauté noire  d’une Californie  strictement régie sous la religion, qui aura pour nom le Cénacle.

 

Une des belles idées du roman est que l'histoire va être racontée par un chœur de membres féminins d'un certain âge- les mères du titre-, occupant un rôle assez similaire à celui que tient, le chœur dans les tragédies antiques,  conférant à cette histoire des relents de fatalité et de caprice du destin présent dans toute bonne tragédie que ce soient.

 

Les mères vont donc nous narrer le destin tragique de  Nadia, 17 ans au moment du début du livre, dont la mère s'est suicidée de façon violente et inexplicable quelques mois plus tôt la laissant avec un père déboussolé, et qui va accidentellement tomber enceinte du fils du pasteur....

 

 " Aubrey était frileuse, et il aimait bien ça ; il se disait qu'il lui incombait de la réchauffer. »

 

Faut-il garder un enfant à 17 ans dans une communauté ou les rapports sexuels en dehors du mariage sont très mal vus et où les rumeurs et qu'en dira t- on priment sur tout le reste et où la crainte du racisme, même dans l'Amérique d'Obama ?

 

Voilà un des nerfs de l'intrigue du "cœur battant de nos mères", qui de manière plus large encore, va nous montrer les relations d'un triangle amoureux évoluer au fil des années...

Nadia, Aubrey et Luke vont être plongés dans des situations où la raison l'emporte souvent sur le cœur  et où les regrets quant aux décisions ou aux non décisions prisent dans le passé ressurgissent sans crier gare...

Comme dans tout grand roman, un simple détail, un infime regard viendra troubler l'ordre établi, et Brit Bennett n'a pas son pareil pour dessiner des portraits d'individus qui semblent si proches de nous, enfouis dans les non-dits et les secrets qu'on traine toute sa vie comme un boulet. 

 

Le roman de Benett a aussi la particularité de jeter un regard plutôt audacieux et nouveau sur l’avortement en associant la douleur bien connue d'une mère à celle moins explicite d'un père.

Cette très belle histoire d'amour et d'amitié, écrite avec une plume élégante et intemporelle (le roman pourrait tout à fait se situer dans les années 60/70 comme on le pense au début), Hollywood n'aura pas manqué de vite la repérer  (Warner Bros va bientôt l’adapter  au cinéma), comme l'ont fait une grande partie des médias et des libraires français qui l'ont mis en avant depuis sa sortie, mercredi dernier dans les librairies

 

benett

 - Brit Bennett, "Le coeur battant de nos mères" -editions Autrement- sortie le 30 août 2017

Et nous avons tellement aimé ce roman qu'on pourrait bien vous faire prochainement une petite surprise à ce sujet!!