1. LE CONCOURS, Claire Simon ( sortie le 5/09 chez BLAQOUT)

3DDigipackSlim_LC

 Ancienne directrice du département réalisation de la Fémis, Claire Simon nous montre cette fois-ci l'envers du décor de l'un des plus prestigieux concours français d'entrée dans une école de cinéma.
Figure emblématique pour certains, institution rejetée par d'autres, l'aura de la Fémis ne dépérit pas ; elle qui aura vu passer sur ses bancs des élèves tels que François Ozon ou Céline Sciamma. Son concours attire chaque année plus de 1200 candidats, où seulement 60 seront retenus. Tous égaux mais seuls les meilleurs...
leconcours
5 mois de parcours du combattant résumées en 2 heures :  e film de Claire Simon aborde scrupuleusement les différentes étapes de sélection par filière, et oppose les délibérations des jurés à la douloureuse quête des candidats, juste au moment où ils verront apparaitre leur nom sur la liste des sélectionnés.
Le film aborde de façon très intelligente la question de la méritocratie républicaine chère à  Bourdieu et sans enfoncer le clou soulève quelques questions pour le moins épineuses.
Explorer de telle facon les dessous de l’un des concours les plus secrets et sélectifs de France est forcément quelque chose de passionnant pour tout cinéphile- mais laissera peut etre un peu sur le carreau les moins initiés... en tout cas toute la mise en scène de Claire Simon contribue à faire de ce  Concours » un film foisonnant et d’' une grande richesse narrative et intellectuelle.. un des meilleurs documentaires sortis en cette année 2017.

 

 

 

EN SUPPLÉMENT 

• Entretien croisé entre Claire Simon, Irène Théry et Jean-Louis Fabiani, sociologues (28mn) - réalisation et montage par Claire Simon
• Hommage à Marc Nicolas, ancien directeur de la Fémis (12mn)

 

2. ORPHELINE- Arnaud des Pallières  ( Le Pacte; 6/09/2017)

Blu-ray_Orpheline_

Quatre ans après  un Michael Kohlhaas qui avait beaucoup plu aux cinéphiles, mais un peu moins à moi, Arnaud des Pallières nous est revenu cette année avec son nouvel opus, Orpheline qui m'at ébloui et sur la forme et sur le fond comme c'est rarement le cas.

Orpheline est le fruit d'un souhait du réalisateur Arnaud des Pallières de transposer au cinéma l'histoire personnelle de sa co-scénariste Christelle Berthevas.

La singularité du film- un peu comme le récent et si justement acclamé Moonlight - c'est de faire jouer le rôle de l’héroïne à des acteurs différents à différents âges de sa vie. « Portrait cubiste »  dont les deux Adèles, Adèle Haenel et Adèle Exarchopoulos,  sans doute deux actrices françaises les plus étincelantes et représentatives de leur génération.", Solène Rigot (17 filles) et la petite Vega Cuzytek complétant le tableau..

 Le regard que porte le cinéaste sur son (ses) héroïne(s) en revanche évite totalement la complaisance et le jugement moral, et le travail du chef opérateur, vraiment admirable, ne fait que sublimer cette héroïne, malgré les épreuves terribles qu'elle peut traverser.

 On sent dans Orpheline ce désir absolu  du cinéaste de s'approcher au plus près de ce qu'est qu'une femme, qui tente de s'appropier  un monde  où le masculin règne malheureusement largement. et le film transpire par tous ces pores d'un respect pour la femme, et de son combat pour ce qu'elles sont réellement et non pas l'image qu'elle renvoie à la face des hommes. 

HD_ORPHELINE_Renee-copyright_Les_Films_Hatari___Les_Films_d_Ici

Des Pallières réussit parfaitement à filmer cette quête d’amour qui passe par un désir sexuel assez insaisissable et  certes pas toujours confortable.

Arnaud des Pallières ne porte pas de jugement sur ce qu’il filme,  et garde toujours le cap de son personnage principal, une vraie héroïne filmé à travers des moments clés de sa vie.

Aucun déterminisme dans ce beau portrait de femme aussi ambigu et complexe que possible, et à la construction formidable, une construction qui est bien plus qu'une simple coquetterie et un artifice, tant la partie finale et le beau dénouement rend bien grâce à ce beau personnage principal et sa quête de liberté.

 

 

 

• Bonus : entretien avec Arnaud Des Pallières et Christelle Berthevas (41 mn 41) - bande annonce (1 mn 47)

 

3. Le Procès du Siècle, Mick Jackson ( M6 Vidéo-5 septembre 2017)

 

proces

Inspiré d'un véritable procès entre Deborah Lipstadt et David Irving,  le film nous plonge dans le dur  combat d’une professeure d’université contre un négationniste, celel ci devant  apporter les preuves de l’Holocauste.

l’universitaire américaine va  devoir trouver les preuves de ce génocide pour gagner le procès, ce qui est montré tout au long de ce film qui n'abuse pas de pathos.

JPEG - 228.3 ko

 

Un film forcément essentiel et important par sa portée et sa véracité documentaire, il est porté aussi par un trio d'acteur exceptionnel mené par le trio (la toujours sublime) Rachel Weisz, Timothy Spall et Tom Wilkinson.

Dommage que la réalisation- par le cinéaste de Bodyguard- soit si impersonnelle - n'est pas Costa Gavras, le cinéaste de Music Box qui veut- pour faire de ce touchant Procès du Siècle l'immense oeuvre qu'il aurait pu être... mais quioiqu'il en soit, un film à montrer aux collégiens et lycéens pour  axer ce fameux devoir de mémoire.

 

Dans les bonus, quelques  interviews du cinéaste et du scénariste , de la vraie Deborah  et des deux acteurs masculins principaux +  un making of  un peu autopromotionnel