06 octobre 2017

Le Coeur du Comoedia battra trois fois plus fort

  Ouverture de trois salles supplémentaires au COMOEDIA Dès le 18 octobre  2017   On l'avait annoncé dès la fin du mois aout dans notre billet de rentrée culturelle , et dans une dizaine de jours, cela sera enfin  acessible au public : le   Comoedia, ce cinéma  lyonnais qu'on préfère de tous les autres , va agrandir sa capacité d’accueil avec la création de trois nouvelles salles: deux de 85 places, une de 50, dont l'ouverture est prévue en octobre. On a eu la chance ce matin d'être... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2017

Téhéran Tabou ( critique): une charge violente et percutante sur la société iranienne

Dans Téhéran tabou, un long métrage sorti en salles depuis mercredi dernier et vu lors du dernier Festival d’Annecy, Ali Soozandeh  a choisi l’animation  et la rotoscopie précisemment pour  contourner la censure, "maquiller la réalité en la rendant moins réaliste et plus présentable,  et  réaliser une charge violente et percutante sur les contradictions d une société iranienne entre désirs et repressions. Présenté à la semaine de la critique à Cannes  ce film étonnant bouscule largement à la manière... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 12:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2017

OURS : son POPS fait bourdonner de plaisir !!

   Son premier album s’appelait MI. Le second prenait pour nom EL. Les deux accolés formaient alors le mot MIEL .Autrement dit, le troisième et nouvel album d’Ours  qui sort ce vendredi 6 octobre ne pouvait que boucler la boucle  et finir (?) le puzzle  avec s'appellant "Pops" pour que l'ensemble sonne évidemment comme "Miel Pops" du nom de ces petites boules jaunes de céréales que tous les gamins ont mangé un jour dans leur vie ( Kellogs pourra ainsi le remercier pour cette pub bienvenue)! Au delà... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 octobre 2017

Double piège, Harlan Coben : le maitre de nos nuits blanches revient en force et en forme

  "Les seuls moments où les gens défilent devant vous, c’est aux mariages et aux enterrements. Cela ne manquait pas de piquant, mais Maya n’avait pas le cœur à rire. Impossible de dire combien ils étaient, mais cela prit des heures. Les gens avançaient l’un après l’autre comme dans un film de zombies où, quand on en tue un, on en voit surgir dix."  En 2013, lors d'une édition d'un festival "Quais du polar" qui n'avait sans doute pas encore l'ampleur qu'elle a pris ces dernières années j'avais eu l'occasion d'y... [Lire la suite]