soudain

 

" Que pouvait elle lui dire? . La défaite l'avait rongé de l'intérieur, son corps s'était vengé. Elle ne le trouvait pas moins séduisant ainsi, mais c'était un fait, il avait changé.Lui même avait blémi face aux miroir. De telles choses arrivaient  donc parfois. C'était insensé."

Cinquième roman faisant partie de la sélection des Talents Cultura, « Et soudain, la liberté »  trouve son  originalité  par sa conception : roman écrit à deux voix,  Evelyne Pisier et Caroline Laurent,   deux femmes qui n'auront passé que six mois ensemble.

En effet, la première étant décéde d’une grave maladie et la seconde, son éditrice devenue sa biographe,   tentant de porter le message de la première en lui restant  le plus fidèle  possible et on rendra grâce à Caroline Laurent d'avoir porté ainsi  la  salutaire voix d'Evelyne Pisier.

On voit à quel point cette relation d’abord professionnelle s'est immédiatement transformée en une amitié  réciproque, faite d'admiration et de compréhension mutuelle.

 Ce livre qui alterne d’une part le récit d’une vie, celle de Lucie ( le nom du personnage d’Evelyne), l’histoire de ses parents, de sa mère Mona qui fut si importante et d’autre part la voix de Caroline l’éditrice du roman qui nous parle de son lien avec Lucie/’Evelyne,

Un récit doux et sensible, plein de sincérité  qui se mue vite en une ne ode à la liberté, aux combats nécessaires pour  acquérir les droits que toute femme se doit d'obtenir  : un récit entre fiction et roman qui montre combien ces destinées  sont peuplés de lutte sans merci  entre désir et contraintes et désir de se réaliser pleinement et librement.

Un livre écrit  à quatre mains  avec une belle fluidité,   par ces  deux femmes unies par une amitié  fulgurante  qui laisse irriguer une émotion douce et sincère.

 

 

talents cultura