passé

"Je trouve la vie assez terrifiante, pas toi ? Et je suis une telle froussarde. C'est sûr, je ne sais rien de tout ce que cela veut dire. C'est vrai, même les choses les plus banales me fichent la trouille : la tristesse du changement, vieillir, les opportunités ratées. Sans compter la façon horrible dont les choses évoluent - ce qui se passe avec l'environnement par exemple. Je sais que je te barbe quand j'ai la nostalgie d'avant, comme si tout était mieux par le passé. Ce n'était peut-être pas le cas".

 Une fratrie se retrouve dans la vieille demeure familiale pour décider ou non de sa vente. Trois sœurs et un frère, des enfants, des adolescents, une nouvelle épouse réapprennent à se connaître, se découvrent, et tentent d'apprivoiser les petites manies de l'autre. Harriet est la seule célibataire, mais elle se plaît à passer des moments seule avec Pilar, la nouvelle épouse de son frère Roland, pour nager dans la piscine, en rivière, ou en bord de mer.

Ces trois soeurs et leur frère qui  se retrouvent le temps d'un été dans la maison des grands-parents, vont vite  retrouver leur complicité en même temps que les jalousies secrètes qui jalonnent toute bonne histoire de famille digne de ce nom.

"Harriet hésita sur le bord avant de la rejoindre. Quand Pilar tituba dans le courant, qui était assez fort bien que l'eau ne leur montât qu'aux mollets, elle saisit le bras d'Harriet et s'y accrocha en riant ; Harriet tint bon, rassemblant ses forces pour soutenir Pilar. Le vacarme de la rivière les isolait de Roland".

Formidablement traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet, la plume de  Tessa Hadley puissante et mélancolique mêle avec maestria  passé et présent, sur une histoire de secrets de familles a priori mille fois ressassée.

Une intrigue qui ne se lasse pas  de nous ressasser à quel point  les petites histoires du passé ont une incidence sur le présent et influencent à foison le destin des personnages  et d'une fratrie dont la tension semble d'abord à peine perceptible, puis bien plus prégnante avant que les vrais personnalités de dévoilent. 

Dans ce huis clos familial d'une justesse confondante, le  passé permet d'éclaicir le le présent, notamment certains traits des caractères de Fran, Alice, Harriet et Roland. 

A  partir de petits riens a priori anodins qui, au bout du compte,vont se réveler primordiaux et jeteront un voile sur ces retrouvailles familiales.

"Je trouve la vie assez terrifiante, pas toi ? Et je suis une telle froussarde. C'est sûr, je ne sais rien de tout ce que cela veut dire. C'est vrai, même les choses les plus banales me fichent la trouille : la tristesse du changement, vieillir, les opportunités ratées. Sans compter la façon horrible dont les choses évoluent - ce qui se passe avec l'environnement par exemple. Je sais que je te barbe quand j'ai la nostalgie d'avant, comme si tout était mieux par le passé. Ce n'était peut-être pas le cas".

On apprécie le dosage des ingrédients: finesse des sentiments, précision du trait , belle ironie douce amère : avec ce passé, Tessa Hadley retrouve le charme et la réussite des grands classiques de la littérature victorienne  dont  Jane Austen en est le porte drapeau !

Un roman captivant et  bouleversant.

 

. Le passé, Tessa Hedley- editiopns  Christian Bourgois, traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet, 22 €, septembre 2017, 420 pages, 22 € Titre original : The Past