milky

Sortie  en DVD  le 12 décembre 2017 chez Wild Side, On the milky road, le dernier film d'Emir Kusturica après plusieurs années de silence derrière la caméra.

 L'occasion de rattraper un film peu vu en salles ( moins de 100 000 spectateurs,) plutôt éreinté par la critique qui pourtant a toujours été bienvaillante envers le réalisateur du Temps des Gitans ou Arizona Dream et oublié par les organisateurs du Festival de Cannes, au grand dam d'un Kusturica qui pourtant trace le même sillon que naguère.

 Un peu comme Michael Haneke cette année ou les frères Dardenne l'an passé  qui ont connu un rejet de la critique et du public alors même qu'ils proposaient un film dans la lignée de leur précédent, il semblerait que Kusturica, pourtant fidèles à ce qui a fait la singularité de son cinéma ait fini par lasser cinéphiles et les autres spectateurs.

milkyroad

Creusant Toujours dans la même veine d'un cinéma baroque et foisonnant qui multiplie les excès et les surprises en tous genres, constamment sur le fil ténu entre sublime et ridicule, On the milky road suit la  fuite de deux amants, sous fond de  guerre civile en ex-Yougoslavie  qui sont poursuivis par des soldats particulièrement crétins mais tenaces.

Avec comme souvent une bande sonore pétarandante et tonitruante , qui sert particulièrement le propos, On the Milky Road est une fable bigger than live qui prone à fond l'antimilitarisme et  l'absurdité des guerre

Ce mélange d’émotion et de burlesque- qui fait penser au Récent au revoir la haut d'Albert Dupontel mais en  certes bien moins abouti-, ne fonctionne certes pas à tous les moments de ce film inégal, mais reste néanmoins tout à fait louable à l'heure où les longs métrages minimalistes et contemplatifs se taillent la part du lion.

Copyright Wild Bunch Distribution