Baz'art  : Des films, des livres...
20 décembre 2017

The florida project-critique: Les oubliés de l'Amérique, à deux pas de la magie Disney...

  

1500x500__2_

The Florida Project,   film américain indépendant de Sean Baker, sort en salles au cinéma ce 20 décembre prochain  après une présentation particulièrement enthousiaste lors du dernier Festival de Cannes,  à la Quinzaine des Réalisateurs .

Après  Tangerine, qui suivait 24 heures de la vie d’une transsexuelle dans les quartiers chauds de Los Angeles, le réalisateur Sean Baker continue de donner la parole à une Amérique marginalisée, celle des laissés-pour-compte pour  qui l’"american dream " n’est qu'un leurre.

L'intrigue du film The Florida Project se passe en effet  entièrement dans un  motel d’Orlando, à la lisière de Disney World en Floride,  ce qui est l'occasion pour le cinéma de  faire cohabiter deux mondes totalement opposés, celle de la précarité quotidienne et des petits  combines pour survivre  et celle  de la surconsommation  et de l’entertainment.

Un film sur l'Amérique des rednecks, assez proche de la vision d'Andrea Arnold avec  son formidable American Honey  et un film qu'on a pu voir en avant première ,au Comoedia lors du dernier ciné brunch en date ( vous savez cette manifestation épatante où l'on voit un film surprise en avant première et ou l'on petit déjeune en parlant du film juste après).

Les discussions petit déjeunatoires autour de ce The Florida project  auront d'ailleurs été animées au sein même de l'équipe de Baz'art, certains trouvant le film trop minimaliste,  documentaire et pas assez romanesque et passionnant dans la conduite de son récit, d'autres trouvant que ce 400 coups en Floride étant fort et édifiant.

Univers interessant que ce motel qui a été conçu pour attirer les touristes mais qui ne recueille que les laissés pour compte  du rêve américain et qui vivent  sous le regard  paternaliste et souvent amusé du gérant du motel interprété par  l'immense Willem Dafoe, un homme qui fait son possible pour éviter les catastrophes dans cet univers de  ces laissés-pour- compte.

 Sean Baker ne porte pas de jugement  sur ce spersonnages moralement discutables ( notamment la jeune mère Halley, confrontée trop jeune aux soucis de la maternité et complètement irresponsable, mais il manque parfois cette empathie qu'on aimerait ressentir pour les personnages et qui empeche un peu l'émotion d'agir.
 
Dommage car le film bénéficie d'une belle photographie   (signée Alexis Zabe) qui marque les esprits et réussit à magnifier cette peinture sans concession de l’Amérique des abandonnés , de ceux laissés sur le côté, bien loin des super héros.de la magie Disney.

 

Commentaires
A
J'ai aimé la couleur de la photographie, et les enfants. J'ai pris beaucoup de plaisir à les suivre, mais la mère est malheureusement détestable.
Répondre
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 604 626
Fête de la musique 2024

 

La Fête de la musique revient ce vendredi 21 juin, pour sa 43e édition et s'apprête à réunir amateurs et professionnels autour d’un dessein commun : jouer, chanter, écouter et vibrer à l’unisson au sein de l’espace public.

« Faites de la musique » ! À l'heure du solstice d'été, ce mot d’ordre engageant va résonner dans toute la France métropolitaine et ultramarine, mais aussi à l’international puisque la Fête se décline désormais dans 120 pays.

Manifestation citoyenne, la Fête de la musique participe à la démocratisation de l’accès à la musique en allant à la rencontre de tous les publics, notamment les plus éloignés de la culture.

L’occasion cette année de mettre les fanfares à l’honneur. Une pratique artistique et collective activement soutenue par le ministère de la Culture à travers le Plan Fanfare, opérationnel depuis 3 ans.

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION
Traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar au mois de juillet, Polar en Vacances revient pour sa
9e édition les mardi 9 et mercredi 10 juillet 2024 afin de promouvoir la lecture auprès jeunes de 6 à 12 ans

Ce festival jeunesse gratuit s’inscrit dans le cadre des opérations Partir en Livre (CNL), l’Été culturel (DRAC Auvergne-
Rhône-Alpes) et Tout l’Monde dehors (Ville de Lyon). Quais du Polar propose aux petits et aux grands lecteurs de polar,
aux centres de loisirs et aux familles du territoire, de se réunir pour des ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage,
des animations, ateliers, jeux et énigmes afin de fédérer les jeunes autour de la littérature.
 

Rencontres de Theizé
 

 

Les Rencontres de Theizé réinvestissent le château de Rochebonne pour une 13e édition, ces 14, 15 et 16 juin.

Huit nouvelles propositions de théâtre autour de la francophonie, de la poésie et du théâtre musical pour exprimer nos racines communes et notre humanité.

Bienvenue en utopie !

> Un festival de théâtre pour mettre en valeur le patrimoine.
Depuis maintenant 2012, le Théâtre en pierres dorées investit chaque année le château de Rochebonne à Theizé, le troisième week-end de juin.
Pendant trois jours, une dizaine de spectacles sont proposés aux habitants, dans la cour du château, sur son esplanade, dans sa salle des peintures mais aussi sur la pelouse, dans la bergerie ou un hangar de vignerons.

https://www.theatrepierresdorees.fr/index.php/les-rencontres-de-theize

 

 

Newsletter
144 abonnés
Suivez-moi