G00946

« Tristan disait souvent que rien ne serait arrivé sans la boxe. Mais, à vrai dire, rien ne serait arrivé sans la gare du Nord non plus. Et rien non plus s’il n’avait pas eu un père communiste. Mais il est vrai que la boxe était un bon début. »

Qu’est-ce qu’être un héros ? Mon pauvre Tristan, toute ta vie tu te poseras cette question. Parce qu’à seize ans tu as laissé ton prof de boxe seul face à trois lascars tu serais un lâche ? C’est du moins ce que dit ton père, ton père ce héros de la résistance, qui te veux héros comme lui. Comment vivre avec une injonction pareille ?

Et dans cette fin de XXe siècle, dans un pays comme la France, comment devenir un héros. Pour toi Tristan ce sera trente-huit secondes dans un train de banlieue qui te permettront peut-être d’en devenir un et qui changeront le cours de ta vie. Alors Tristan, un héros c’est quoi ?

Un professeur d’histoire dans un collège classé ZEP, un entraineur de boxe pour ados « difficiles »,  le maire d’une ville dortoir refusant les sirènes médiatiques et les pots-de-vin en tout genre ? Loin des grands discours et des grandes théories, Tristan, homme ordinaire, arrivera-t-il à transformer sa vie en existence héroïque ?

« Comment vivre en héros » est tout simplement un roman politique et philosophique ambitieux pour nous conter une vie française. Fabrice Humbert tire le fil délicat de son récit, tendrement et sans jamais le juger, il observe son héros se questionner, s’engager, se tromper, aimer ou se résigner.

On referme  ce roman drôle, intelligent et fluide avec l’impression d’avoir traversé l’existence d’un honnête homme. Peut-on dès lors m’expliquer pourquoi « Comment vivre en héros » est passé inaperçu cette rentrée littéraire ?