A79276

1. Jérôme Garçin, Nos dimanche soirs ( FOLIO)

"Maintenant, je vais te raconter comment Le Masque est devenu Le Masque. C’était du temps de François-Régis Bastide. Je peux te dire qu’on s’emmerdait ferme à la tribune. Les débats étaient très sages, trop solennels. Jamais une blague, jamais un rire. La plupart des critiques était des gars serrés-des-fesses, tu vois le. Et prétentieux, je te dis pas…….………"

«  Le Masque ce n’est pas de la radio, c’est du spectacle. Tu m’entends ? Du spectacle » c’est ce que confie paternellement Georges Charensol à Jérôme Garcin lorsqu’en novembre 1989, Pierre Bouteiller lui confie l’animation De cette céléèbre émission mythique pour des générations d'auditeurs de France Inter, le Masque et la Plume.

Et depuis vingt-six ans à la tête du Masque  Garcin n’a pas failli. Parce que tous les dimanches soirs, du spectacle il y en a sur France inter. Soixante ans de dimanches soirs à nourrir la passion de son public et gérer l’idiosyncrasie de ses chroniqueurs.

Pour fêter l’anniversaire de la plus vieille, mais la plus moderne des émissions de radio, Jérôme Garcin devient historien pour notre plus grand plaisir. Car tout cinéphile, tout dévoreur de livres, tout dingue de théâtre a quelque chose en lui du Masque.Ce cher Masque et cette chère Plume qui chassent le blues du dimanche soir.

Le livre fourmille de mille anecdotes :Bory dénonçant  le complot des forces assoupissantes à propos du Corniaud de Gérard Oury, Jean-François Josselin complètement bourré ne se rappelant plus avoir participé à l’émission, André Degaine ce retraité de la Poste fou de théâtre qui devint chroniqueur au Masque, Frédérique Bonnaud ne supportant plus sa propre méchanceté, Pialat rendant hommage à Cyril Collard, du choix de « La fileuse » de Mendelssohn par Barenboïm en  réponse à des lettres antisémites, l’étonnant Guillaume de Fonclare qui mystifia Garcin pendant plusieurs semaines en envoyant des courriers sous différentes identités et qui devint son ami, Pierre Murat le critique-qui-ose-raconter-la-fin-du-film.

Mille petites histoires drôles, cruelles ou tendres,Jérôme Garcin trouve toujours les mots justes pour nous parler de ceux qui ont fait et  qui font Le Masque et La Plume car, il a beau animer une émission parfois très méchante, Jérôme Garcin est un vrai gentil.

 

2. La nuit avec ma femme, Samuel Benchetrit ( J'ai Lu)

bnechterit

"Tout de suite tu vas recevoir les coups qui vont te tuer. Aujourd'hui. Dans notre monde.  Pourquoi n'ais je pas trébuché? Peut-être, je ne sais plus. Est ce que celui qui frappe se prend pour le soleil? Je me demande le moment. A quel moment? Comme à ce moment où nous nous manquions  et prenions nos repas  et nos bains en même temps."

C'est un roman sous forme de journal intime écrit par Samuel Benchetrit  et un véritable cri d'amour  pour Marie Trintignant qui a été sa compagne pendant plusieurs années, et juste avant que l'actrice ne le quitte pour vivre son histoire d'amour avec Bertrand Cantat, ponctué par la tragédie à Vilinius d'aout 2003 que tout le monde connait.

Une tragédie que revisite ici Benchetrit à sa façon, entre récits factuel,  introspection, déambulation onirique et voyage dans sa pysché forcément atteinte.

Si  Samuel Benchetrit    cinéaste m'a souvent  laissé dubitatif  à part pour son dernier film en date le réussi Asphalte,   il m'a toujours m'interessé en tant que romancier, et le prouve dans ce récit aussi intime qu'intense.

Un être  meurtri et  anéanti  se dévoile à nous avec ses forces et faiblesses ; ce mari abandonné pour un autre,  et à qui son ancien amour Marie apparaîtra  dans un de ses rêves au cours d'une déambulation métaphysique et touchante.

Benchetrit dit tout de son difficile travail de deuil, de souffrance, et sa fierté d'avoir un fils avec elle et de le voir grandir au quotidien, malgré le découragement, les brimades ( on s'aperçoit à quel point les gens sont souvent méchants surtout lorsque les victimes sont des personnalités publiques)  et la façon dont l'auteur sonde, avec pudeur, ces moments sensibles et  poignants.

 

archipel

3. L'archipel d'une autre vie ; Andrei Makine ( Points)

" Il avait compris qu’il nous fallait le prendre vivant et que le chien ne serait pas lâché à ses trousses, mais surtout que personne parmi nous n’avait hâte de s’exposer à ses balles. Il ne donnait pas l’impression de vouloir nous distancer ni de se réfugier dans une cache… et, pour la nuit, choisissait (un lieu assez exposé où nous ne pouvions pas l’aborder sans être vus. »

Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire…Qui est donc ce criminel aux multiples visages que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ? Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée.

Lauréat du prix Goncourt avec le Testament Français et élu à l’Académie Française en 2016, Andreï Makine a publié une douzaine de romans traduits en plus de quarante langues.

Avec cette chasse à l’homme, narré d'une écriture  élégante et gorgée d'âme slave, le récit d'aventures se méle de voyage initiatique.

On se retrouve plongé l’Extrême-Orient russe, balayé par les vents du Pacifique,  avec une nature pour le moins hostile  qui renvoie les hommes face à leur grande solitude.  Ce dialogue haletant entre l'homme et la nature est le décor d'une impitoyable chasse à l’homme, ainsi que d'une description particulièrement pointilleuse de cette Taïga loin du fracas du monde.

Makine nous offre un récit incisif aussi dépaysant que prenant !