Pour son premier film, John Caroll Lynch (qui n'est pas comme on pourrait le penser le fils de David ) renverse la vapeur et prend la direction des manœuvres: habituellement acteur (Gran Torino, Shutter Island, Jacky) il s'empare de la caméra, il met son homonomye David  sur le plateau (dans le personnage d'Howard), et lui emprunte son acteur fétiche : Harry Dean Stanton (Twin Peaks, Sailor and Lula, Une histoire vraie...).

2254183c-aa1f-11e7-a2b8-b2866db13065-780x323

Avec ses éternels santiags et chapeau on pourrait s'attendre à ce que Stanton soit repartit pour un énième western, version cow-boy à la retraite... Mais c'est un rôle plus proche de sa biographie que l'acteur incarne dans Lucky :celui d'un vétéran de la seconde guerre mondiale dans les rangs de l'US Navy. Un drôle de personnage, tout en os et en bougonnerie, qu'on suit dans sa routine solitaire au rythme de ses petites habitudes dans un patelin du fin fond de l'Amérique.

5 -® David Lynch and Ron Livingstone in LUCKY, a Magnolia Pictures release

Mais pour Lucky (puisque c'est son nom) « être seul » n'est pas « se sentir seul », et bien que parfois acariâtre, il a ses rituels et les personnages qui les accompagnent : les patron et serveur du diner où il passe prendre son café « avec beaucoup de sucre et de crème, comme [il] l'aime » , ceux du bar où l'attendent son ami Howard et son Bloody Mary, la caissière de l'épicerie qui fournit son régime lait-cigarettes...

Une superbe galerie de caractères (et d'acteurs). Ces relations, d'abord commerçante et furtives, vont peu à peu révéler leur profondeur et leur sincérité.

8-lucky-david-lynch

Santé de fer malgré son âge (90 ans passés) et son tabagisme éhonté, Lucky est surpris un matin par une chute sans explication médicale... mis à part : la vieillesse.

Lucky avait jusqu'ici choisi de vivre seul, plutôt que mal accompagné. Et voilà une nouvelle compagne de vie qui, pour l'avoir fait littéralement tomber de tout son long, met surtout son moral à terre.

On entrevoit alors lune nouvelle face du vieil homme, en découvrant un peu du monde intérieur qui se cache dernière sa tignasse grise. Mots croisés, émissions tv idiotes, discussions anodines...en philosophe des petites choses, il tire d'un rien ses plus belles réflexions sur l'existence.

Perturbé par ce grain de sable dans sa vie bien réglée, il laisse paraître une sensibilité mal cachée, comme s'il n'était plus temps de jouer les durs, et qu'il pouvait enfin baisser les armes.

harry-dean-stanton-3

Ce dernier film de l'acteur Harry Dean Stanton, décédé en septembre dernier, est tout à son honneur, donne envie de retraverser sa filmographie, et il y a de quoi, pour tout le monde : de La Conquête de l'Ouest, à Allien, du Parain II à La Ligne Verte, Las Vegas Parano, Paris Texas...  

 

Merci à notre chroniqueuse Khamsa o khmis de reparler à nouveau de ce beau long métrage sorti il y a tout juste un mois et dont on avait parlé à l'époque dans un autre billet.