On a reçu en décembre dernier  le nouveau livre de Florent Oiseau avec une super dédicace de remerciement d’avoir bien défendu à la rentrée de septembre 2016  “Je vais m’y mettre” son premier ouvrage qu'on avait adoré.

Rassurez vous les membres de Baz'art sont incorruptibles (enfin presque) cela ne suffit pas pour dire du bien du second roman en question..

Donc c'est en toute objectivité que Michel défend ce Paris Venise, publié chez Allary avec le même enthousiasme que pour le premier roman de ce jeune auteur o combien prometteur.

Paris-Venise-couverture-HD

“Leur capitaine, pompier volontaire, une vraie machine. Impressionnant le type. Pas une phrase grammaticalement correctes à chaque prise de parole au micro, mais des triceps qui rendent le Bescherelle obsolète.”

 Roman, de galère en galère, vient de décrocher la queue du Mickey dans le grand manège de pole-emploi. Un CDI comme garçon de cabine dans le Paris-Venise, c’est vraiment le Graal pour ce presque trentenaire sympathique certes mais un peu mou du genou.... Paris-Venise deux fois par semaine, une destination qui fait rêver le p’tit gars de Bondy, un salaire qui tombe tous les mois rient de tel pour rassurer ses parents et Mlle Pajot sa banquière....Mais la grande question dorénavant devient:
 
Roman restera-t-il honnête très longtemps dans ce Paris-Venise où les tentations sont grandes?  Pots de vin auprès de passagers clandestins, falsification de caisse, combines foireuses, tout le monde à l’air d’en croquer, tout le monde? Non! Pas Juliette tout de même...Ça y est Roman est amoureux.

oiseau_florent_16_oiiviermarty

Roman d’aujourd’hui, roman sur les petits, roman sur la galère des travailleurs du XXIe siècle, roman sur la débrouille au quotidien, “Roman Rap Rigolo” tout de même car Florent Oiseau, mais cela on le savait depuis son précédent livre “Je vais m’y mettre”, écrit vif et drôle et dieu sait si  il faut du talent pour raconter drôlement et humainement la galère des petits boulots.
 
De métaphores acrobatiques en zeugmas funambules la prose de Florent Oiseau rappelle Frédéric Dard, et ce freluquet a du culot, il se permet de se moquer de Simenon en nous contant une enquête du Commissaire Maigret en dix lignes absolument tordantes et très efficaces.
Il y a aussi du Renaud dans sa prose et le livre me fait penser à du Rap de banlieue, mais du bon forcément.
 
  Dard, Simenon, Renaud, le cocktail est alléchant, pas vrai?
Ce qui est certain c'est que cet Oiseau de Bonheur possède de l’audace et ça on ne peut le reprocher à un jeune romancier.

Paris-Venise    ;  Florent Oiseau editions allary