Baz'art  : Des films, des livres...
8 janvier 2019

Retour sur le très beau MONSIEUR : Critique + Interview de la cinéaste Rohena Gera

 On en a déjà parlé un peu avant sa sortie, mais on remet une couche avant que les films de début 2019 ne fassent complètement oublier la sortie de ce très beau Monsieur

En effet, c'est au tour de Michel de chanter les louanges de  ce beau film indien  :

monsieur_photo_1inkpot_films-1600x865

 Pour son premier film,  Rohena Gera a choisi de s'attaquer aux tabous de la société indienne, tout en faisant en sorte que l'histoire de Monsieur soit comprise en dehors de l'Inde.

Ashwin,  traine son spleen  dans un grand et bel appartement au décor moderne, nous pourrions-être à New-York, Londres ou Paris. Le jeune homme vient d’annulé son mariage et n’a pas du tout envie de reprendre l’entreprise familiale. C’est auprès de Ratna, sa servante qu’il trouve  un vrai réconfort moral.

La jeune femme a quitté son village pour réalisé un rêve, devenir styliste. Un amour ancillaire rien de neuf! Oui mais nous sommes à Bombay et le sentiment amoureux entre un maitre et son employée est absolument inconcevable même en se début de XXIe siècle où le poids des traditions perdurent.

Aswin et Ratna vont se comprendre, se confier, se respecter, s’effleurer jusqu’à.quoi exactement..
monsieur

 Bon sang : quel beau film, grâce à un scénario tout en délicatesse, “Monsieur” nous touche au cœur, et comptez pas sur moi pour vous dévoiler l’épilogue de cette belle et mélancolique histoire d’amour.

Très très loin des mélos de Bollywood, Rohena Gera en petite touches délicates nous raconte le quotidien d’un pays où la condition de la femme est l’une des pires au monde.
Une photographie soignée, une mise en scène discrète et pourtant travaillée, des acteurs qui jouent vraiment bien,  le film est passionnant,  et sa cinéaste qu'on avait rencontré début décembre au Cinéma Comoedia de Lyon, l'est aussi passionnante et également passionnée.

 INTERVIEW DE ROHENA GERA, REALISATRICE DU FILM "MONSIEUR"

ROHENA_GERA©Macha_Kassian

Baz'art:  Rohena, qu'est qui est au départ le tout premier point de de départ  de votre film  ? 

Rohena Gera  : En fait, lorsque j’étais enfant en Inde , une nounou s’occupait de moi : elle faisait partie de la famille et en même temps en était exclue : c’est ce conflit qui m’a agitée toute ma vie, m’inspirant ainsi ce premier long-métrage .

Je me suis étonnée devant la cohabitation très intime des maîtres et de leurs serviteurs au sein d’une même demeure,.

Car il faut savoir que  même les gens qui travaillent à la maison actuellement mangeaient et mange encore  séparément , un peu  comme si les uns et les autres n’appartenaient pas à la même catégorie d’êtres humains..


IMG_20181128_183916

Baz'art : Mais ce shisme  entre ceux deux mondes que vous avez perçu dans votre enfance perdure il encore aujourd'hui?

Rohena Gera  : Oui, totalement, ce  que vous voyez dans le film correspond à ce qui se passe en Inde aujourd'hui encore .

Mais si j'ai en  eu personnellement  très jeune conscience , ce n'en est pas forcément un  probleme  pour les autres, c'est même considéré comme   très normal, et il fallait donc aborder ce sujet de  manière  non-manichéenne,  car d'une certaine façon j'éprouve une certaine culpabilité d'avoir fait partie de ce système.

À 18 ans, je suis allée étudier en Californie, mais je rentrais souvent chez moi en vacances, c'était donc l'occasion de voir de l'extérieur les inégalités flagrantes de notre mode de vie mais ce n'est qu'avec la maturité que j'ai trouvé l'angle et le moyen de faire un film dessus .

Baz'art : Comment personnellement vous définiriez "Monsieur" en deux lignes ? 

Rohena Gera  :Disons que  j'ai conçu "monsieur"  avant tout comme  l'histoire de deux mondes distincts et contrastés coexistant dans un même espace.

L'histoire des deux personnes habitant ces deux mondes, qui commencent lentement à se connecter l'une à l'autre... là où des frontières invisibles, mais intransigeantes, commencent à s'estomper.  

Baz'art  : Le film épouse les contours de la comédie romantique, mais s'en éloigne assez vite. Est- ce une façon  pour vous d'occidentaliser votre propos pour le rendre plus acessible aux non indiens du moins dans un premier abord, avant de surprendre votre public?

Rohena Gera : Vous savez, je n'ai pas forcément pensé mon film en terme de public indien ou occidental, c'est un peu trop marketing, cela comme idée, non? et le marketing, c'est pas trop ma spécialité à la base ( sourires) ..

Disons que j'aime les films qui vous séduisent en créant un monde dans lequel vous avez envie de vous transporter.

Car même si vos attentes sont déçues, cette séduction va tout de même persister, mais loin de moi l'idée de manipuler le public, cela se fait de manière inconsciente, disons simplement que j'ai eu envie de faire un film que les gens auraient envie de voir et non un film qu'ils se seraient sentis obligés de voir.   

monsieur_photo_3inkpot_films-1440x810


 Baz'art : Et d'ailleurs contrairement aux comédies romantiques américaines classiques, vos deux acteurs  sont loin d'être des gravures de mode,  loin justement des carcans de la comédie romantique américaine,  c'était aussi un parti pris assumé dès le départ et vous avez cherché des comédiens qui soient dans cette lignée là ? 

Rohena Gera ; Ah, oui bien sûr, il fallait prendre soin d'écrire des personnages dans lesquels on pouvait s'identifier, donc ne pas  choisir des acteurs qui fassent comme des clichés de magazine.

Ratna est une veuve, qui a eu une vie difficile, mais qui ne pose jamais en victime., Elle est optimiste. mais ne devait pas avoir l'air  un peu crucruche ou naïve.

Je voulais montrer un personnage qui n'avait pas été regardé depuis longtemps comme une femme. Or je sentais que Tillotama ( l'actrice qui joue le rôle de Ratna)  capable d'apporter cette complexité et cette profondeur à son personnage.

Au début, nous ne la remarquons pas, tout comme Ashwin. Et peu à peu, il va l'avoir dans la peau. Je voulais que leur relation découle d'une lente découverte de l'autre, quelle ne passe pas par une attirance physique rapide.

En ce qui concerne Vivek, choisi pour le rôle d'Ashwin, c'est un acteur très peu connu qui a très peu joué au cinéma en Inde, mais  il m'a tout simplement époustouflée lors du casting. Il était bien préparé et il a pris le contrôle de la scène.

Son personnage est habitué à porter un masque, jouant le rôle du bon fils. Et lentement, ce masque devait fondre. Vivek et Tillotama sont tous deux des acteurs travailleurs et entiers qui ont cherché la façon de comprendre le plus profondément possible leurs personnages. 

Cela étant, votre question laisserait entendre qu'aucun des deux acteurs principaux n’est bouleversant de beauté et je ne suis pas d'accord,  je les trouve très beaux quand même mes comédiens ( sourire)...

MONSIEUR_Photo_6@Inkpot_Films

Baz'art : En plus de votre duo d'acteurs, le troisième personnage clé du film, c'est  assurément l'appartement car Monsieur est presque un huis clos. Cela a t- il été  particulièrement difficile de trouver ce lieu  de tournage dans Bombay?

Rohena Gera  : Oui, énormément, nous avons passé beaucoup de temps à chercher le bon appartement pour tourner le film , sans lui il est évident qu'il ne pouvait y avoir de film ( sourires).

Pour la petite anecdote, l'appartement   que nous  avons retenu était parfait mais il y avait juste un petit problème : . à  je n'arrivais pas du tout à réaliser  une série de plans que je sentais être la clé du film dans le scénario,

J'avais besoin d'un plan de l'extérieur, de deux fenêtres illuminées avec les deux personnages dans leurs mondes respectifs. Un plan qui se répétait à différents moments. Mais il n'y avait aucun moyen de le tourner à cause de la géographie du lieu. Nous avons donc décidé d'utiliser un travelling à travers le mur, pour relier ces deux espaces.

Et je pense que cela apporte quelque chose de différent, quelque chose de plus intime et de moins familier. Souvent, les contraintes vous obligent à trouver la meilleure idée possible....

rohena-gera-une

Baz'art "Monsieur" est un film qui critique de façon subtile certes la société indienne actuelle, il est intéressant de vous demander quelles ont été les réactions de la population en voyant le film? 

Rohena Gera :  Je ne peux pas vous répondre, tout simplement, car à ce jour, je n’ai pas encore fait de projection en Inde.

La sortie est assez compliquée là-bas, comme tout ce qui est catalogué " cinéma indépendant",  ce qui est le cas vu notre petit budget et les conditions de tournages , on est très loin du cinéma de Bollywood, comme vous avez pu vous rendre compte en voyant le film ( sourires).

 Dans les prochains mois , j'ai prévu  d'aller passer  pas mal de temps en Inde pour essayer d'aider sa sortie du mieux possible, mais je n'ai aucune garantie en la matière, j'ai l'impression que les distributeurs sont très frileux.

Et pourtant, en mon fort intérieur,  je sais que les spectateurs sont prêts à voir  "Monsieur " .

C'est un film qui invite le spectateur à se remettre en question et je suis sur que les spectateurs indiens comme ceux des autres pays sont prets à se remettre en question.

Baz'art : Et concernant la sortie en salle en France, n'espérez vous pas au fond de vous, un succès triomphal à la LunchBox (NDLR : l'interview a été réalisée un peu avant sa sortie, hélas, le film n'aura pas connu le même destin que le film de Ritesh Batra) ?

Rohena Gera  :  Oh non, comme je vous l'ai dit,  je ne suis pas dans le calcul et le marketing moi ( sourires)...c'est mon premier film ca a été une aventure difficile mais formidable à réaliser et  j'espère simplement que les gens vont s'attacher au film et à son histoire.

Comme je vous le disais un peu avant,  j'ai la naiveté de penser que mon film soulève des questions sur la société indienne qu'il est important de se poser, qu'on connaisse intimement ou pas ce pays.

Baz'art :à coup sur, cet objectif est pleinement atteint, chère Rohena, merci à vous et longue vie à Monsieur !

Commentaires
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 604 626
Fête de la musique 2024

 

La Fête de la musique revient ce vendredi 21 juin, pour sa 43e édition et s'apprête à réunir amateurs et professionnels autour d’un dessein commun : jouer, chanter, écouter et vibrer à l’unisson au sein de l’espace public.

« Faites de la musique » ! À l'heure du solstice d'été, ce mot d’ordre engageant va résonner dans toute la France métropolitaine et ultramarine, mais aussi à l’international puisque la Fête se décline désormais dans 120 pays.

Manifestation citoyenne, la Fête de la musique participe à la démocratisation de l’accès à la musique en allant à la rencontre de tous les publics, notamment les plus éloignés de la culture.

L’occasion cette année de mettre les fanfares à l’honneur. Une pratique artistique et collective activement soutenue par le ministère de la Culture à travers le Plan Fanfare, opérationnel depuis 3 ans.

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION
Traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar au mois de juillet, Polar en Vacances revient pour sa
9e édition les mardi 9 et mercredi 10 juillet 2024 afin de promouvoir la lecture auprès jeunes de 6 à 12 ans

Ce festival jeunesse gratuit s’inscrit dans le cadre des opérations Partir en Livre (CNL), l’Été culturel (DRAC Auvergne-
Rhône-Alpes) et Tout l’Monde dehors (Ville de Lyon). Quais du Polar propose aux petits et aux grands lecteurs de polar,
aux centres de loisirs et aux familles du territoire, de se réunir pour des ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage,
des animations, ateliers, jeux et énigmes afin de fédérer les jeunes autour de la littérature.
 

Rencontres de Theizé
 

 

Les Rencontres de Theizé réinvestissent le château de Rochebonne pour une 13e édition, ces 14, 15 et 16 juin.

Huit nouvelles propositions de théâtre autour de la francophonie, de la poésie et du théâtre musical pour exprimer nos racines communes et notre humanité.

Bienvenue en utopie !

> Un festival de théâtre pour mettre en valeur le patrimoine.
Depuis maintenant 2012, le Théâtre en pierres dorées investit chaque année le château de Rochebonne à Theizé, le troisième week-end de juin.
Pendant trois jours, une dizaine de spectacles sont proposés aux habitants, dans la cour du château, sur son esplanade, dans sa salle des peintures mais aussi sur la pelouse, dans la bergerie ou un hangar de vignerons.

https://www.theatrepierresdorees.fr/index.php/les-rencontres-de-theize

 

 

Newsletter
144 abonnés
Suivez-moi