david_azencot_1000x500

On a déjà parlé de  David Azencot, cet ancien « pubard » chroniqueur sur Europe 1, qui a été chroniqueur sur Europe 1 , acolyte de Kevin Razy dans le « Rendez-vous » sur Canal + et star des jeunes adeptes de You Tube grâce au cultissisme Studio Bagel.

Il se produit en ce moment jusqu’à samedi soir à L’espace Gerson , avec son dernier spectacle en date le bien nommé : Inflammable ( un terme un peu plus original que le corrosif que l’on met à toutes les sauces).

Si vous avez dirigé Europe Ecologie, si totu ça c’est un complot sioniste, si on peut rire de tout sauf de dieu, restez chez vous comme il est dans le dossier de presse..

Bref, si vous êtes du genre frileux, vous risquez de vous brûler avec cet humour  qui pique où ca fait mal un peu à la manière d’un Gaspard Proust mais avec une once d’humanité en plus..

Pour les autres, qui aiment l’humour intelligent et méchant comme il le faut, ce spectacle est vraiment pour vous

..Résultat de recherche d'images pour "azencot"

 A voir l'affiche représentant un David Azencot à la chevelure enflammée, rappelant les symboles inscrits sur les produits dangereux, on devine aisémentque cet ancien salarié d’Havas, qui a appelé son précédent spectacle Fils de Pub,  a trouvé un concept et un visuel particulièrement brulant, et on  comprend rapidement pourquoi ce « one-man chaud » très habilement mis en scène par l’humoriste Olivia Moore s’appelle ainsi.

Pendant 55 minutes , le comédien met le feu aux poudres en s’attaquant à des sujets aussi délicats et aussi polémiques que la violence des religions ,le terrorisme,  la théorie du complot sioniste selon laquelle le trajet de la manifestation du 11 janvier qui a suivi les attentats de Charlie Hebdo, aurait dessiné les contours de l’état d’Israel et selon lequel aucun juif n’a péri dans les attentats du 11 septembre car « tous les juifs avaient été prévenus »),  le véganisme, le réchauffement climatique, la pédophilie (« juste un coup à attraper la varicelle »), les migrants (« c’est comme les enfants, ça me touche, mais c’est pas pour autant que j’ai envie d’en avoir chez moi ») l’éventualité d’un plan de paix israélo-palestinien imaginé par le Portugal, la société de consommation, les dérives du net et  autre sujet essentiel.... les brocantes...

Avec un jerrican rempli de blagues aussi cyniques qu'audacieuses, il asperge son public qui explose de rire à chaque giclée. 

Certes une ou deux vannes peuvent faire grincer des dents et jetter comme un froid dans l’assemblée, mais tout de suite une autre arrive pour tempérer l’ambiance, la réchauffant d’un coup.

Des rires francs éclatent, jusqu’à enflammer la salle.

 On aime ces "punchlines" d'une efficacité diabolique,   que David a parfois testé sur twitter avant de les utiliser sur les planches  comme par exemple "les littéraires, ce ne sont pas ceux qui aiment lire, juste ceux qui ne savent pas compter" ou encore  "Desigual, c'est la marque fait par des aveugles pour les daltoniens".

L’irrésistible cynisme de David Azencot nous pique les yeux, son humour noir arrive à nous faire rire des sujets particulièrement graves. 

Chaque sujet est abordé au vitriol et on se régale tant l'audace de cet humoriste fait du bien, tellement de bien.

David prend le soin d’amener son sujet et de le contextualiser, quitte à passer pour un pédagogue et à partir des disgressions dont on ne comprend totalement la portée qu’à la fin de sa tirade. Et on se dit que l’analyse et l’angle de vue utilisées par David est particulièrement bien affutée..

 Bref un spectacle qui nous instruit, et qui pourrait paraitre pessimiste, tant David nous interpelle sur des choses parfois anxiogènes mais le fait avec un humour et une distance qui font assurément du bien

Bref à la vision de cet inflammable, on se dit que David Azencot a tout pour être médiatiquement plus reconnu qu’il ne l’est actuellement...

 DAVID AZENCOT - INFLAMMABLE (Comédie) - Jusqu'au au samedi 10 mars 2018 - Espace Gerson.

Et comme j'ai eu la chance de rencontrer pendant pas mal de temps avec David pour échanger avec lui on vous en reparle prochainement dans le cadre de nos prochains itws/ portraits...