affiche_hd

 Bien que le documentaire ne soit visiblement pas son genre de prédilection, le réalisateur  Christian Sonderegger a préfèré utiliser cette voie là pour son nouveau long métrage, "Coby" en salles ce mercredi  28 mars, après une présentation l'an dernier à Cannes dans la sélection de l'ACID.

S'il considère en effet que la fiction permet de mieux digérer le réel, ici, pour parler du changement de sexe de sa demi soeur Suzanna qui,au cœur du Middle-West,  est devenu Jacob à l'âge de 21 ans, le documentaire  semblait s'imposer à Sonderegger.

photo_hd_02

Il s'imposait d'autant plus que le réalisateur  a intégré à ses propres prises de vues, les vidéos que Suzanna/Jacob avait publié sur You Tube , dans une sorte de vlog, dans lequel le jeune transexuel racontait très vite  son ressenti et les étapes de sa transformation.

Une transition que Suazanna a amorcé dès 2010 et que le film de son demi frère raconte parfaitement, sans jamais s'apesantir de façon dramatique sur cette transformation.

En évitant à tout prix de faire un film sociétal, militant,  seulement accès aux LGBT, Christian Sonderegger opte pour un regard aussi sensible que pudique et  surtout terriblement humain sur un sujet récemment pas mal de fois traité  au cinéma, mais rarement sous cet angle (il est d'ailleurs interessant de le comparer à un autre documentaire sur le sujet, le récent Finding Phong qui aborde la même thématique , en inversé, et surtout de façon moins acessible et moins légere que dans Coby .

 

photo_hd_05

 

Car dans "Coby",  on saura tout-  ou presque des étapes médicales, chirurgicales et physiologiques que traverse Suzanne "Coby" Jacob, et le long métrage nous dévoilera également un pan de sa vie intime assez étonnant, notamment à travers sa relation avec Sarah, sa compagne,  dont le film nous présentera pas mal de choses particulièrement personnelles sur leurs relations.

L'importance de l'entourage (un père et un frère très compréhensifs, une mère qui a eu un peu de plus mal à accepter cette transformation mais dont le discours reste plein de bon sens) est également montré avec évidence dans ce film qui souligne parfaitement combien la conquête d'une identité propre  peut être difficile pour un jeune transexuel, et ce que cela engendre en terme de souffrance et d'incertitudes. 

coby

Coby est un documentaire précieux mené avec une légèreté constante et assez singulière, et qui surtout pose sur la transsexualité un regard rempli d'une  bienveillance qui fait du bien.

A l'heure où des personnages de transexuels commencent à apparaitre dans des fictions grand publics ( Plus belle la vie notamment qui visiblement a fait pas mal de bien pour aborder ce sujet dans les familles), il est important que d'autres films, de qualité artistique supérieure continuent à montrer la voie.

Une jolie curiosité, qui sort dans quelques salles en France et à ne pas rater s'il joue dans un cinéma pas loin de chez vous.

 

 

 Et pour ceux qui ont envie de le voir,  on offre des places pour voir le film jusqu'à vendredi sur twitter !!