musee

Après le son chef d'oeuvre Carol, qu'on avait unaniment consacré meilleur film de l'année 2016, le cinéaste américain Todd Haynes est revenu aux affaires rapidement avec un long métrage assez éblouissant présenté lors du dernier Festival de Cannes où il a reçu un accueil poli mais tiède, ce qui laisse assez pantois au vu du niveau général moyen de la sélection .

Le Musée des merveilles, sorti en DVD/ Blu Ray chez Metropolitan film export le 21 mars dernier;  est tiré du roman graphique Black Out (Wonderstruck) de Brian Selznick, publié en 2011.

Un  écrivain qui porte bonheur au 7ème art puisque c'est déjà l'auteur de Hugo Cabret, adapté il y a quelques années  avec déjà beaucoup de réussite par Martin Scorsese.

285349

Porté par un amour immodéré  du cinéma, qui rend un vibrant hommage à différentes périodes du cinéma,le long métrage de Todd Haynes est destiné autant aux adultes qu’aux enfants et procure un plaisir assez insatiable.

Plaisir devant l'intelligence du récit basé sur deux histoires parallèles dont on sait que les itinéraires et destinées se croiseront forcément d'ici la fin , avec une bouleversante  quête initiatique, séparés par cinquante années, d’un côté, un jeune garçon des années 70 devenu sourd, de l’autre une jeune fille des années 20 sourde aussi, mais elle depuis sa naissance.

Une oeuvre à hauteur d'enfant jamais bétifiante, qui aborde avec subtilité des sujets difficiles comme le handicap, la transmission, et les secrets de famille et qui ne verse jamais dans la guimauve , voilà qui n'est pas si fréquent dans le cinéma indépendant américain.

 

 

Et plaisir devant l’atmosphère assez  merveilleuse que Todd Haynes met dans sa mise en scène, avec un travail sur le son vraiment  remarquable - le film comporte une bonne partie sans aucun dialogue et il est basé sur la surdité de plusieurs personnages-  et une bande originale de Carter Burwell qui émeut profondément.

Une sublime déclaration d’amour au cinéma et un joli message  plein d'intelligence et d’humanité : le film de Todd Haynes mérite largement d'être réhabilité à sa juste valeur et fait partie de ces rares magnifiques films familiaux que le cinéma américain nous a livré ces 20 dernières années..

 

museedes