editions-metailie

 

« Agla senti ses joues s’empourprer alors qu’un sentiment familier s’emparait d’elle. La culpabilité. Sonja avait ravivé en elle cette émotion dont sa mère l’avait débarrassée lorsqu’elle avait dix ans. « La culpabilité est le plus gros obstacle dans la vie d’une femme. Si tu parviens à la laisser tomber tu seras libre.» »

Bon sang que la vie de Sonja est compliquée, Agla, sa maitresse, impliquée dans un énorme scandale financier qui impacte l’économie islandaise, fait la une de tous les journaux et Adam, son ex-mari pas très net lui non plus, lui interdit la garde de son fils. De plus son travail qui consistait à faire rentrer de la cocaïne en Islande pour ensuite alimenter le marché danois devient dangereusement compliqué depuis le mort de M.José le terrible narco trafiquant mexicain.

Evidemment  Sonja sait qu’elle peut toujours  compter sur Bragi son vieux complice douanier à l’aéroport de Reykjavik, mais l’amitié amoureuse exigée par Nati la veuve de M.José lui semble tout à fait toxique. C’est vrai Sonja ta vie était très compliquée mais maintenant elle devient dramatiquement compliquée.

Ami de l’éthique boursière, de l’argent honnêtement gagnée, de la bienveillance et de la confiance en autrui passez votre chemin car les romans de Lilja Sigurdardottir repoussent vaillamment les limites de la bienséance. Aucun de ses personnages ne vivent dans la légalité, tous ont de bonnes raisons de le faire et pourtant on s’attache à eux … enfin à certains d’entre eux. Sonja récupérera-t-elle la garde de son fils ? Le vieux Bragi pourra-t-il retarder la déchéance de Valdis son épouse chérie atteinte de la maladie d’Alzheimer ? Le sentiment amoureux qui dévore l’intraitable Agla est-il sincère ?

Très courts chapitres sans temps morts. Action fractionnée. Suspens. Efficacité. Description minutieuse d’une société corrompue jusqu’au plus haut niveau. « Le Filet » deuxième tome de la trilogie « Reykjavik noir »  (voir notre critique du premier volet Piégée) est un roman très sombre, très désespéré et pourtant très humain.

Le filet, Lilja Sigurdardottir, LILJA LILJA SIGURDARDOTTIR, trad Jean-Christophe Salaun, éditions. Metailie