ours

 Et si les animaux s'avéraient être  beaucoup plus intelligents que l'homme  ne l'avait jamais pensé jusqu'à cette époque? :   deux best sellers récemment sortis nous prouvent combien  les comportements animaux et bouscule nos préjugés sur l'intelligence animale.

1. Carl Safina; qu'est qui fait sourire les animaux ? ( Vuibert )

9782311101539-g-960x1474"Tu sais, pour moi, ce sont des éléphants. Je m’intéresse à eux en tant qu’éléphants. Les comparer aux hommes, ça ne me paraît pas utile. Je trouve beaucoup plus intéressant d’essayer de comprendre un animal pour lui-même."

Le sens de la spiritualité, le rire, la coopération, l'entraide, la solidarité, l'empathie, la finesse de jugement, toutes ces qualités exceptionnelles ne sont pas le propre de l'homme. Carl Safina nous entraîne aux côtés d’observateurs passionnés par les éléphants du Kenya, les loups de Yellowstone, les orques du Pacifique. Les écoutilles grandes ouvertes, il noircit des pages d’observations, de cogitations, d’interrogations.

Joie, chagrin, jalousie, colère, amour… et si nos émotions étaient aussi celles des animaux ?

Pour répondre à cette question, Carl Safina s’est rendu au Kenya, afin d’observer des troupeaux d’éléphants ; dans le parc naturel américain de Yellowstone, où des meutes de loups vivent en liberté ; et sur une île de la côte Pacifique, point de rassemblement de nombreux bancs d’orques.

Dans ces lieux encore sauvages, où la nature s’exprime sans fard, il a vu des animaux porter le deuil, apprendre à leurs petits comment survivre, partager joies et peines, s’unir ou se faire la guerre, distinguer les humains bienveillants des chasseurs…

En racontant la vie des éléphants, des loups et des orques avec un luxe de détails extraordinaire, Qu’est-ce qui fait sourire les animaux ? nous dévoile un univers insoupçonnable, où la frontière entre l’humain et le non-humain s’estompe.

Carl Safina nous conduit ainsi à réfléchir sur notre place dans la nature et c'est cela qui rend sa démarche aussi passionnante qu'indispensable!.

 

2. La vie secrète des animaux ;  Peter Wollheben

animaux"
Concevoir que les animaux aient des sensations telles que la faim ou la soif est relativement facile; parler à leur propos de bonheur, de deuil ou de compassion, en revanche, en fait bondir certains. Or il n'est pas question du tout d'humaniser, mais juste de mieux comprendre les animaux. Comparer, en effet, sert avant tout à reconnaître que les animaux ne sont pas des créatures stupides, très inférieures à nous sur le plan de l'évolution et n'ayant en droit, en matière de douleur et autres ressentis, qu'à quelques retouches, tandis que notre palette, à nous, devenait si riche. »

Vous avez peut être déjà entendu parler de Peter Wohlleben, forestier depuis plus de 20 ans en Allemagne. Il dirige aujourd'hui une forêt écologique et a écrit La vie secrète des arbres, un best seller international traduit dans plus de 30 langues.

Impossible là aussi d'être passé à côté de ce phénomène d'édition qui en a entraîné un autre, toute une littérature sur les arbres - de leurs secrets à leur psychologie, en passant par leur intelligence - a fleuri dans les rayons de nos librairies. Et pour cause ! Entre traité écologique, essai scientifique et ode à la nature, le récit du garde-forestier est passionnant.

Peter Wollheben connaît les animaux comme sa poche. On a l'impression que les animaux sont des amis, voire une famille, pour lui. En nous faisant prendre conscience de leur importance, de notre devoir de préserver la nature, de les  chouchouter, car elle est tout, il a réussi à éveiller notre conscience.

Sa manière d'aborder cette thématique est pédagogue. Il utilise un langage simple, emploie des métaphores qui nous parlent, rendant son récit accessible, même aux moins calés en sciences du monde . Son but  n'est pas de jouer les moralistes, mais avant tout de partager son expérience, pour rétablir le lien entre l’homme et la nature qui l’entoure, qu’elle soit végétale ou animal. Utiliser les ressources naturelles, oui, mais en respectant l’équilibre pour le bien-être de tous.

On apprend notamment  comment les coqs mentent à leur poules, comment les abeilles maintiennent la bonne température dans une ruche, comment le hérisson consomme le moins d'énergie possible pendant l'hiver, comment s'organise la division du travail chez les fourmis, ce que fait le bouc pour attirer la chèvre (à ne pas refaire chez vous )) et mille autres choses.


Peter Wohlleben bouscule des idées reçues (non les cochons ne sont pas sales et sont bien plus intelligents qu'on ne le pense), il s'interroge sans cesse sur la frontière qui sépare l'homme de l'animal et sur ce qui, au contraire, les unit.
Si vous êtes déjà très calé quant à la vie des animaux, il y a fort à parier que vous reprochiez à cet ouvrage de sauter d'animal en animal sans aller assez loin.

Le livre est paru aux éditons Les Arènes le 11 avril 2018.