tulip_fever_-_affiche_-_hd-150a0

Après une diffusion en sortie technique dans une seule salle de cinéma en août 2017 le film TULIP FEVER,  qui est l'oeuvre du réalisateur britannique Justin Chadwick , spécialiste du film historique plutôt de bonne tenue ( notamment Deux sœurs pour un roi  et  Mandela : un long chemin vers la liberté)  est disponible en E-Cinéma à partir du 12 juillet 2018, soit  quatre ans après son tournage.

Prévu à l'origine en 2004 puis tourné dix ans apres en 2014, le film  « Tulip Fever » a connu une carrière particulièrement cahotique, soumis un peu malgré lui, aux soubresaults de l'affaire Weinstein.

Après la présentation de quelques scènes à Cannes en 2015,  la rumeur d'un Harvey Weinstein -qui était à l'époque encore très influent- très mécontent du montage est vite née,  et le film aura mis plusieurs années à renaitre de ces cendres avec cette sortie en e cinéma.

 

 

On pouvait donc craindre le pire devant ce qui s'apparentait à un naufrage et le film est finalement  entre deux eaux,ni  totalement raté ni franchement réussi..

Dans cette adaptation du roman "Le peintre des vanités"  de Deborah Moggach  écrit en 1999, on est plongé dans les  Pays-Bas du XVIIe siècle, en plein âge d’or de la peinture hollandaise et période de pleine spéculation des bulbes de Tulipes avec un récit qui mêle plutôt efficacement la fiction et l'histoire de l'art.

image christoph waltz alicia vikander tulip fever

Sophia (Alicia Vikander), est une jeune orpheline mariée à un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Sa vie bascule lorsqu’elle tombe amoureuse du jeune peintre désargenté chargé d’immortaliser son portrait.

Dans une abondance de détails et de couleurs, la direction artistique du film est une vraie réussite avec notamment une reconstitution des rues d’Amsterdam au XVIIe siècle qui fait penser aux tableaus de Vermeer et autres peintres flammands de cette époque l’une des plus charnières que n’a jamais connu Amsterdam.

Mais,  malgré ces qualités évidentes, le résultat convainc malheureusement  trop peu : à cause d'un récit embrouillé et d'une mise en scène trop passe partout,  le film fait penser à ce qu'on appelle un peu péjorativement ces "europuddings", dans lesquels  la distribution- globalement peu impliquée, Christopher Waltz excepté-  vient des 4 coins du globe (Etats-Unis, Autriche, Grande-Bretagne, Suède...)  et où tout le monde parle anglais alors qu'ils ne devraient pas .

tulip_fever_4-57f37

Bref,  il manque au film la puissance tragique, et le souffle que le script de départ promettait. A conseiller surtout aux amateurs de romance historique, les autres pourront passer leur chemin ..

 

TULIP FEVER Bande Annonce (2017) Romance, Drame