Thomas a 22 ans. Pour sortir de la dépendance, il rejoint une communauté isolée dans la montagne tenue par d’anciens drogués qui se soignent par la prière. Il va y découvrir l’amitié, la règle, le travail, l’amour et la foi…

DVD_LA PRIERE

Il sort en DVD le 26 juillet prochain : "La Prière, " le dernier film en date de Cédric Kahn, cinéaste adulé à juste titre de "Roberto Succo" ou de " Vie sauvage", brosse le portrait de jeunes qui rejoignent une communauté isolée en montagne, où ils se soignent à la discipline, l'amitié et la prière, pour en finir avec leurs addictions; un mode de vie qu'ils adoptent souvent pendant des années avant d'espérer revenir à la vie à l'extérieur.

Avec des films comme "Des hommes et des dieux" (2010) de Xavier Beauvois ou "Les innocentes" (2015) d'Anne Fontaine, le cinéma français s'est réemparé, ces dernières années, de la question religieuse et, en  2018, avec "L'intéressant mais pas complétement aboutie 'apparition " de Xavier Giannoli et cette "prière", deux autres films français sortis coup sur coup tentent  le difficile exercice de filmer la foi.

0Y1A5043__c_Carole_Bethuel_-_Les_films_du_Worso-_berlin

A travers ce film particulièrement puissant,  Cédric Kahn s'interroge sur l'expérience de la foi, sans pour autant parler de religion. Rien n'est véritablement imposé au spectateur  car Kahn, qui s'assume comme agnostique, filme cet élan vers le spirituel sans cynisme aucun , mais avec la distance nécessaire pour que chacun puisse se forger sa propre idée, au regard de ses convictions personnelles.

La Prière, contrairement à ce que son titre peut laisser croire (?), est en réalité bien plus terrestre qu’éthéré  : en restant toujours dans le réalisme et le rationnel, Kahn filme à hauteur d'hommes cette histoire de renaissance et de résilience mystique et filme même une superbe scène de miracle tout en restant dans un réalisme bressonnien qui lui sied si bien.

5-carole-bethuel---les-films-du-worso

Comme dans le beau "la fête est finie", la prière nous montre à quel point le parcours pour trouver la lumière au bout du tunnel, afin de renaitre à soi et se réconcilier avec les autres, peut être semé d'embuches et à quel point résister à l'addiction impose en violences et souffrances intérieures.

Sans jamais verser dans le prosélytisme, Cédric Kahn met en avant l’importance des communautés et de la fraternité : la foi de la communauté du film de Kahn, ce n'est pas tant la ferveur religieuse que surtout de croire en l'homme et en quelque chose qui nous dépasse.

0Y1A4818__c_Carole_Bethuel_-_Les_films_du_Worso

En n’utilisant aucun dérivatif leur permettant d'affronter le manque de drogue autre que la prière, le travail et l’entraide, les membres de la communauté  doivent aller au bout de leurs capacités physiques et mentales pour s’en sortir et pour regagner en estime d’eux-mêmes.

Cédric Kahn montre ainsi magnifiquement tout au long de son film,  combien la spiritualité est avant tout fondée sur la compréhension de l’autre, l’amour et la pardon.

 La Prière film

Pour raconter combien ce chemin sur le chemin de la rédemption est difficile, le film s'appuie sur des acteurs très peu connus, comme pour ses tous premiers films, et notamment sur son formidable acteur principal, Anthony Bajon, Ours d'argent du meilleur acteur à la Berlinale 2018.

Visage poupon, regard buté, Anthony Bajon investit le film de sa présence incroyable, de sa présence physique extrême, bloc de désespérance et de rage plus au moins contenues, qu'il fait notamment exploser à son paroxysme dans une scène formidable face à l'actrice allemande Hanna Schygulla en soeur fondatrice de la communuauté.

Ne ratez pas ce  très beau voyage au bout de la renaissance et de son estime personnel, à voir toute affaire cessantes actuellement chez soi lors de sa très prochaine sortie vidéo

  Date de sortie le 25 juillet 2018/ Editeur Le Pacte

BONUS DVD :

Scènes coupées :

3 scènes coupées plutôt longues, non commentées par Cédric Kahn,  mais qui n'ont pas besoin de légende pour qu'on puisse comprendre les raisons de leur absence dans la version finale.

Les deux premières concernent plus Thomas avec les autres membres de la communauté mais sont redondantes par rapport aux séquences présentes dans le film, alors que la dernière, la plus interessante,  nous donne un certain nombre d'informations importantes permettant de mieux comprendre la décision finale de Thomas, mais en même temps,  rende celle ci moins forte et moins inattendue que dans la version cinéma...

Essais casting :

L'on voit les acteurs du film- les principaux qui ont été retenus mais aussi d'autres qui ne semblent pas être dans le film - faire des essais sur des scènes clés du film....

L'image et le son étant très moyens, ce bonus semble assez dispensable, même si ces scènes nous permet de comprendre comment Antony Bajon, impressionnant  de présence et d’intensité, a su taper dans l'oeil de Cédric Kahn.

Témoignages:

3 témoignages de membres de la communauté - français et étrangers- sur le même modèle que ceux que l'on voit à la moitié du film...

Ces témoignages sont forts et plein d'authenticité  il manque ainsi un commentaire du cinéaste pour mieux comprendre si ces témoignages sont rééls et issus de vrais membres de ces communautés qui ont servi de modèle à Kahn pour le film  ...

On se souviendra cependant longuement du témoignage plein d'émotions du Shaun, jeune californien qui a eu un parcours bien compliqué avant de retrouver le chemin de la foi...

Chansons et prières

Uniquement pour ceux qui n'ont pas eu assez des beaux chants liturgiques entendu dans le film.. sortis du contexte du film, ils perdent quelque peu de leur intérêt..

Bande annonce