daniel_mendelsohn

 

Quelques mois après la sortie du superbe "Une odyssée, un père, un fils, une épopée", qu'on avait adoré  les éditions Flammarion ont eu le nez creux  de publier une nouvelle édition d’un précédent livre de Daniel Mendelsohn, L’étreinte fugitive. qu'on apprécie tout autant comme on vous le dit en ce dernier jour du mois de juillet

« Lorsque vous êtes gay, vous découvrez l’ironie de bonne heure, puisque c’est elle qui vous protège de votre propre échec, c’est elle qui vous permet d’avoir l’air puissant, comme un vainqueur, alors que en réalité, vous avez tout perdu". "»

Un jeune homme se bat quotidiennement pour concilier ce que la norme sociale voudrait inconciliable.

Daniel Mendelsohn a deux foyers: une maison dans une rue tranquille bordée d’arbres, un endroit paisible où il vit avec une mère et son fils et un petit appartement en plein Manhattan, au nord de Greenwich Village (Village People) à la frontière du quartier gay.

Oui, Daniel est irrémédiablement gay, mais alors pourquoi en est-il arrivé là ? Pourquoi n’a-t-il pu choisir entre la pression constante du désir sexuel et l’envie d’une relation stable avec enfant ?

Et d’ailleurs, se demande-t-il, pourquoi devrait-il choisir et renoncer à l’un ou à l’autre ? « On ne choisit pas sa sexualité, on la subit » disait Michel Foucault, alors Daniel se penche sur son passé, s’introspecte, s’analyse et scrute son arbre familiale.

C’est aussi dans la poésie d’Ovide qu’il trouve un Echo à sa vie qu’il juge parfois narcissique, (Echo/Narcisse/Ovide les spécialistes auront compris l’allusion).

Bon sang !!! Avec un paragraphe pareil je m’aperçois que je risque d’effrayer pas mal de lecteur et se serait dommage.

Car certes, Mendelsohn est un intellectuel, un vrai, un Helléniste reconnu. Mais un universitaire qui vit pleinement. Avec cette autofiction nous sommes au cœur d’une famille juive de New-York, un enfant de la petite bourgeoisie qui grandit tranquillement. Seulement voilà, l’adulte qu’il est se questionne sans cesse, quel enfant étais-je vraiment ?

 

Résultat de recherche d'images pour "daniel mendelsohn"

Quel était ce désir interdit ? Qui suis-je aujourd’hui, moi qui suis capable de parler pendant des heures d’Homère, Sophocle ou Euripide mais aussi de me perdre dans des étreintes fugitives qui jamais ne me comblent.

Immersion dans le Moi. Qui dit : « Je » en nous ? Mendelsohn se raconte intimement, analyse ce qui l’a construit et ce qui le construit encore. Homme lucide et sincère en se questionnant il donne au lecteur des clés pour sa propre analyse et c’est passionnant.

Ecrit en 1999, réédité avec une préface d’Avril 2018, « L’étreinte fugitive » précède de huit ans «  Les Disparus » une monumentale enquête qu’il consacra à une partie de sa famille qui fut décimée dans l’Est de la Pologne en 1941. « Les disparus » un chef d’œuvre qu’il faut lire absolument, comme cette étreinte fugitive, en fait.

 

 

si beauEt comme Mendelsohn est plus connu aux États-Unis pour son œuvre critique d'une extraordinaire richesse que pour son oeuvre littéraire on ne peut que vous signaler la sortie en poche chez j'ai lu de son excellent recueil de critiques Si beau, si fragile où on appréciera la justesse et la profondeur de ces analyses critiques des films de Pedro Almodovar aux pièces de Tenessee Williams..

Un complément idéal à ses oeuvres littéraires !!: