Que vous soyez en vélo, à pied, en métro ou en voiture, foncez voir Les petites Reines au Théâtre Tristan Bernard  !

IMG_20180622_132718

Quoi de mieux que de voir différentes adaptations d'un texte que l'on a adoré ? Quand j'ai entendu parler de l'adaptation du roman éponyme de Clémentine Beauvais paru chez Sarbacane et élu meilleur roman jeunesse à sa sortie, ma curiosité a été vivement piquée...

Les petites reines 1-crédit Fabienne Rappeneau HD

Si l'expression "tomber en amitié" existait, je dirais que je suis tombée en amitié de ces trois irrésistibles petites reines en écoutant la version audio du roman disponible chez Audiolib. Celle-ci est assurée par Rachel Arditi - que l'on retrouve d'ailleurs en alternance dans cette adaptation -,  je dirais même, superbement bien assurée, car sa façon de lire et de donner voix aux personnages est à mourir de rire.

Screenshot_20180805-185100

Mireille Laplanche (Manon Combes), Astrid (Barbara Bolotner) et Hakima (Clara Mayer en alternance avec Yasmine Nadifi) n'étaient pas vraiment faites pour se rencontrer. Leur amitié va naître d'un prix assez peu flatteur décerné au sein de leur école, celui des "Boudins de l'année", réservé aux trois filles les plus moches de l'école Marie Darieussecq. Respectivement sacrées Boudin de bronzeBoudin d'argent et Boudin d'or, elles vont se rendre compte que ce n'est pas la seule chose qui les lie.

Elles ont toutes une bonne raison d'aller "gate-crasher" la garden-party du 14 juillet à l'Élysée : Mireille veut rencontrer son père Karl von Strudel - qui se trouve être l'époux de la Présidente de la République, alias Barack Obamette -, Astrid le groupe qu'elle idôlatre depuis toujours, à savoir Indochine, et Hakima le terrible Général Auguste Sassin responsable de l'accident de son frère Kader (Mounir Margoum en alternance avec Sylvain Sounier) handicapé depuis. C'est décidé, dès que l'école se termine, en route pour l'Élysée escorté par le beau Kader, le Soleil de Mireille.

Les petites reines 3 -crédit Fabienne Rappeneau HD

Sur leur vélo et leur fauteuil roulant, ce curieux cortège va quitter Bourg-en-Bresse, faire plusieurs haltes, passant notamment par Mâcon, Cluny, Choisy, puis enfin, Paris ! Entre les pleurnicheries des unes et des autres, les problèmes de fille d'Hakima, la chaleur harassante, les jambes rapidement transformées en compote, la route ne sera pas facile pour les trois jeunes filles les moins sportives du monde, ni pour Kader. Les moments de découragement seront nombreux, sans oublier que certains leur mettront des bâtons dans les roues... Leur initiative sera relayée par une journaliste du Progrès (Rachel Arditi/Pauline Jambet), puis suivie par d'autres médias, et sur les réseaux sociaux. En quelques jours, celles qui seront affectueusement affublées du surnom de "Boudinettes" vont devenir de véritables stars dans les médias, et dans nos cœurs. 

La mise en scène de Justine Heynemann est brillante. J'ai été très impressionnée par les efficaces procédés utilisés comme les images de paysages défilant sur l'écran et devant lesquelles ils font du sur-place (simple certes, mais il fallait y penser et rendre cela crédible !) sur leur bolide coloré. Les comédiennes n'hésitent pas à s'adresser au public et déambulent même dans la salle en quête d'acheteurs de boudins-chamallow.

Les éléments de décors sont peu nombreux, mais se suffisent à eux-mêmes et sont intelligemment utilisés et réutilisés tout au long de la pièce.

Tous les comédiens sont formidables, les trois boudinettes sont pleines de vie et d'énergie, tellement drôles et attachantes qu'elles sont capables de nous faire hurler de rire, puis de nous émouvoir aux larmes l'instant d'après. Pauline Jambet est parfaite dans son rôle de journaliste à l'affût du moindre petit scoop pour remplir ses feuilles de choux, et si drôle dans celui de directrice de camping. Le personnage de Kader (que j'ai vu jouer par Mounir Margoum) m'a beaucoup touché, lui aussi et son interprétation du beau-père coincé de Mireille est excellente !

"Les petites Reines" enfourcheront leur vélo pour les Molières 2018 et on croise nos doigts pour qu'elles reçoivent un prix plus prestigieux que celui de "Boudins de l'année".

Bravo !

Les petites reines 2 -crédit Fabienne Rappeneau HD

Les petites Reines, le mercredi à 20h, le jeudi et vendredi à 21h, le samedi à 16h et 21h au Théâtre Tristan Bernard, 64 rue du Rocher, 75009 Paris