Le terme "roman d'amour.," parfois gaulvaudé, renvoie, dans l'imaginaire de tout un chacun,   à la collection Harlequin, ou a des auteurs à l'eau de rose comme Barbara Cartland!

 Heureusement,  sont régulièrement publiés des  romans  qui redonnent leur lettres de noblesse à la littérature  romantique  : des histoire de passion, d'amour et de mort où tout est étroitement lié  et où la plume de l'auteur, bien évidemment, transcende tout..

Illustration en trois exemples de romans d'amour lus ces dernières semaines :

 1. Mon désir le plus ardent, Pete Fromm ( Gallmeister )arton27795-3351b

"Et bien que la sensation ait disparu depuis longtemps, je goute le vin, le citron, l'ail et l'aneth, et tandis que je ferme les yeux, je le goute lui, tout entier, je suis sure de sentir la fumée de chaque feu de camp, peut etre un peu de sable du canyon, Iz et Atty sont là aussi, et toutes les autres choses nickel que nous faites, mes doigts plongent dans ses cheveux lorsqu'il remonte pour une respiration et je l'attire à nouveau vers moi, chuchottant : il n'y aura rien de tout cela. Il est agenouillé, sur le carrelage qu'il a posé lui même  dix ans plut tot, je suis à moitié sortie du fauteuil, nous nous enlacons dans ma salle de bains pour handicapés et maintenant je sais précisemment pourquoi mes yeux sont voilés et je n'ai aucune intention de le lacher, jamais."

Une claque : voilà l'effet  que produit sur chaque lecteur le dernier roman en date  de Pete Fromm, auteur reconnu notamment par son roman " Lucy in the sky " mais dont on était passé à coté pour le moment.

 Un roman à la première  personne, Maddy, qui ne comprend pas ses vertiges et ses déséquilibres. Une sclérose en plaques, rapidement diagnostiquée, va petit à petit ronger sa vie et contrecarrer les projets, malgré les nombreuses attentions de Dalt, son homme, qui va tout sacrifier pour sa belle et tendre.

L'histoire d'un jeune couple, passionné de rafting, de pêche et de nature, que le lecteur voit naître dès le premier chapitre, et qu'il ne lâchera plus. : un amour qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, d'une force émotionnelle rare car elle ne tombe pas dans les  clichés habituels de ce type de récit.

 L'auteur américain Pete Fromm, habitué des grands espaces sauvages  du nature writing et des récits initiatiques, excelle à raconter le quotidien intime du couple,

Aussi discrètement que possible, je feins de ne pas voir la main tendue d’Iz. Je baisse les yeux sur la mienne, burinée et durcie par le labeur, inutile maintenant, sinon pour balancer un marteau, attraper une planche, je contemple les dernières traces de Mad qui s’y accrochent encore, incrustées dans les plis les plus profonds de ma chair, et pour le moment, je ne tiens pas à laisser quiconque, pas même Izzy, les effacer. Non. Pas encore »

Mon désir le plus ardent est plein de fougue ; c'est un roman  romantique et porté par des personnages très attachants. Cela dit aussi de manière tellement touchante les incompréhensions dans un couple, les malentendus, les enfants qui grandissent et se « révoltent » puis partent du nid  :Pete Fromm  aime que ces personnages possèdent un caractère fort, trempé 

Jamais  son roman  ne tombe dans les clichés, il nous surprend toujours avec un côté " le plus beau jour du reste de ta vie qui se focalise sur des épisodes a priori anodins de la vie d'une famille, mais qui en disent finalement long..

Impossible de ne pas être bouleversé  par cette formidable  la vie d'un couple hors norme, c’est merveilleux, poignant, et comme Maddy a un humour grinçant, on sourit parfois.

 2. VERA, Karl Keary ( Rivages/ Poche)

  "Tu posas la tête sur son oreiller. C'était son odeur, sans aucun doute, l'odeur de ses cheveux et de son corps quand ils étaient précipités dans le sommeil. Cependant, tu n'osas pas t'allonger."

vera Une des grandes surprises de la rentrée littéraire de l'an passé, sorti en poche cette année et qu'on aurait largement pu intégrer dans notre revue de poches spécial rentrée littéraire de la semaine passé.

Acteur irlandais reconnu- qui a notamment joué chez Ken Loach, et on y sent d'ailleurs une même filiation dans ces personnages brisés mais tellement humains - Karl Geary  a sans doute convoqué ses souvenirs d'adolescence pour faire naître Sonny, le personnage principal de «Vera » son tout premier roman et un vrai coup de maitre. 

C’est une triste ballade irlandaise que nous chante là dans cette  peinture d’une Irlande ouvrière.
La narration peut déconcerter au départ. dans sa narration :  Karl Geary, emploie en effet  la deuxième personne du singulier pour parler à Sonny Knolls, jeune homme de 16 ans que nous suivons tout au long d’un livre et c'est à lui auquel l'auteur s'adresse au fil du roman en l'appelant «tu»).

Le roman de Karl Geary a la particularité d’être tout entier à la deuxième personne du singulier., et après un petit temps d'adaptation, le pari est largement réussi tant le romancier capte son attention et finalement le met en attente d’une révélation. 

Lorsque Sonny rencontre Vera, bourgeoise plus âgée que lui, mais bele et  énigmatique c’est un coup de foudre charnel, qui se transforme assez vite en amour pour cette femme que plus rien ne rattache à la vie.

Une relation singulière que Sonny va s’acharner à protéger coûte que coûte, y compris lorsque ses parents s’en mêlent.
  Entre eux se déroulera relation improbable, dévastatrice qui nous amène vers un dénouement qui vous bouleversera. et puis Dublin., au fil de ces  quarante chapitres, bien rythmés,a quand même sacrément de l'allure...

UN roman formidable et également  un excellent sujet pour un film.. de Ken Loach....cqfd

  pour sensi

 3. Pour Sensi, Serge Bramly ( JC Lattès)

« Nous marchions en direction de la place de la République lorsque Rivka m'a annoncé qu'elle mettait fin à notre liaison. Décision réfléchie, je le percevais au son de sa voix. Jugement sans appel »

Pour finir ntore revue de beaux romans d'amour on s'oriente sur un roman de la rentrée littéraire, et on quitte les anglo saxons pour un auteur français

 Peu après la publication de son dernier roman, le narrateur est quitté par sa maîtresse. Incapable de s’atteler vraiment au roman suivant  il se sent aspiré par un grand vide…

Cette panne d'écriture se double, pour le narrateur, d'une liaison amoureuse adultère qui se termine, elle aussi sans qu'il l'accepte,  et arrive à la dépasser.

Plus largement qu'un roman d'amour, "Pour Sensi" est ainsi  surtout une habile et profonde  réflexion sur la vie, sur l'écriture ( belles références sur des grands écrivains majeurs comme Jean Giono que Bramly semble aimer particulièrement ), réflexion sur l'écriture, l'amour, l'échec relationnel, le sens à trouver pour armer la vie d'un futur digne d'être vécu.  et aussi sur ce fameux phénomène de dépossession  qu'un écrivain ressent quand sort un livre et que le public s'en empare  un peu la dépression post natale qu'une jeune femme qui vient d'accoucher peut ressentir.

On avait encore  jamais  eu la chance de lire du  Serge Bramly: on a été frappé par sa sensibilité et son écriture sensuelle tendre,  avec ce  beau roman, qui parle d’amour et d’écriture et la plume de Bramly, riche,  et vive permet au lecteur de s'y prendre facilement au jeu d'une autofiction qui ne porte pas son nom et qui transcende le matériau d'origine.