9782714476371ORI

 Dure année pour Andrew Cohen entre le 6 Septembre 2000 et le 18 Septembre 2001.  Nous suivons, pratiquement jour après jour , le mal être de plus en plus grand de ce professeur universitaire, juif peu pratiquant,  vivant avec une ancienne étudiante,  Ann Lee. 

Tout  semble aller pour le mieux dans sa vie  mais bientôt des flash back, et des hallucinations effroyables l'assaillent , peu à peu il perd pied. 

Les différents chapitres du livre portent la date du jour,  et contiennent différents détails quant à l'environnement.  Certains effleurent l'Amerique actuelle,  tel ce programme de télé réalité qui  donne au plus laid des candidats  la possibilité de bénéficier d'une opération esthétique. 

 Cette originalité nous permet de mieux nous fondre avec le personnage.  Le récit est divisé en 7 livres, séparé chacun par des textes religieux.   Jusqu'où ira le désespoir du héros,  peut être tout cela n'aura été qu'un mauvais rêve et tout rentrera dans l'ordre ? 

Il faut être patient pour le savoir puisque le livre contient plus de 530 pages. C'est parfois un peu long, trop de détails superflus ( notamment culinaires), mais l'israélien Ruby Namdar, pour son premier roman,  réussit largement son pari: celui d'écrire un  grand roman juif américain façon Saul Bellow ou  Philip Roth, sans évidemment jamais les égaler, mais sans faire pâle figure pour autant..

La Maison de Ruines de Ruby Namdar (traduit de l’américain par Sarah Tardy, Belfond, 550 pages, 23 €).