IMG_20181101_102528

Le nom d'Adolphe Alphand ne vous dit rien ? Pourtant c'est lui  ( de son nom complet Jean-Charles Adolphe Alphand (1817-1891)) qui a imaginé les espaces de respiration pour les parisiens. Grâce au parti pris du paysagiste, Paris est la première métropole à se doter d'une forme de forêt linéaire urbaine.
Il dessine les bois de Boulogne et de Vincennes, il invente le parc des Buttes Chaumont, de Montsouris et de Monceau. Il multiplie les squares parisiens. Il a consacré 35 ans de sa vie à transformer la capitale.
Dans ce beau livre, les auteurs reviennent sur le travail du bras droit d'Haussmann,  pendant les grands travaux qui ont eu lieu de 1853 à 1870.
"Dans les nouveaux rapports établis entre espace libre et architecture, le directeur du service des Promenades et Plantations donne aux parcs, jardins et avenues un rôle structurant inédit."

IMG_20181101_102553

Les jardins parisiens sont à la fin un retour dans l'histoire de France : on y apprend par exemple qu'à partir de 1870, le promeneur peut accéder librement au jardin du Luxembourg, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent et que le jardin devient une annexe de la voie publique.
On a du mal à imaginer que les Buttes Chaumont en 1860 est une décharge à ciel ouvert. Ce nouveau parc va devenir l'emblème du style paysager du Second Empire avec des faux rochers introduits massivement dans le parc pour embellir le paysage. 
Les jardins parisiens est aussi une leçon de botanique. Sous le règne de Napoléon III, Paris devient une gigantesque fabrique de fleurs et d'arbres. Le service des Promenades produit et gère lui-même toutes les plantations et devient un immense laboratoire où chaque nouveauté est testée. 

IMG_20181101_102626 (1)

Ce beau livre revient aussi sur l'héritage d'Alphand : héritage en forme de livre puisqu'en 1867, il entame la publication d'un ouvrage monumental, appelé Les promenades de Paris, qui va permettre la diffusion du modèle parisien dans le monde.
Cet héritage se traduit dans les œuvres des peintres (Monet, Renoir, Pissaro, Caillebotte) qui prennent acte des transformations réalisées dans Paris. A la fin du 19 ième siècle, le cinéma s'empare à son tour du Paris haussmannien.
Enfin Les jardins parisiens s'intéresse à la façon dont aujourd'hui encore l'héritage d'Alphand influence l'aménagement du Grand Paris. 
Pas de doute, après avoir lu ce livre, vous retiendrez très certainement le nom d'Adolphe Alphand. 

Sylvie Depondt (Auteur) Bénédicte Leclerc (Auteur) Eric Burie Philippe Guignard (Photographie) Michel Corbou (Photographie) Claire De Virieu (Photographie) 
éditions du Chêne,