affiche_kalash_MDC

 Il y a tout juste 40 ans, après avoir vu le formidable film de John Huston "L'homme qui voulait être roi", inspiré du roman éponyme de Kipling, trois voyageurs (journalistes et photographes ), Viviane Lièvre, Jean-Yves Lourde et Hervé Nègre,  partent en plein cœur de l’Himalaya, au nord-ouest du Pakistan, à la rencontre d'un peuple singulier qui vit totalement reculé du reste du monde : les Kalash.

IMG_20181022_094019

Nos trois aventuriers sont totalement fascinés par cette peuplade et y retourneront régulièrement- plus de dix fois en trente ans- les voir.

Ils  vont se rendre compte que Kipling, qui n'était pas allé sur place, avait une vision tronquée et vaguement paternaliste de ce peuple complexe et passionnant.

Mois après mois, nos trois ethnologues malgré eux recueilleront quantités d'informations sur ce peuple, jusqu'a devenir les véritables spécialistes français de ce peuple Kalash.

 

IMG_20181022_101656

Un fonds documentaire (constitué de beaucoup de photos mais aussi de quelques objets ramenés par les trois compères de leurs voyages)  que le Musée des Confluences a choisi de mettre en avant dans une nouvelle formidable exposition- découverte le 22 octobre dernier lors de la visite presse-  qu'on peut voir  actuellement et jusqu'au 1er décembre 2019 dans une des salles d'exposition temporaire du Musée.

IMG_20181022_100824

IMG_20181022_100158

On y découvre ainsi un  peuple composé de 3000 habitants  seulement, de confession polythéiste,  qui a abrité en son sein plusieurs chamanes et qui estime partager leurs territoires avec des esprits invisibles, des sortes de fées particulièrement bienveillantes.

IMG_20181022_101247

Souvent agriculteurs, ou pasteurs, ces Kalash  célèbrent ces esprits par la danse, la musique et l’alcool à l’occasion de fêtes qui rythment les saisons. Une société  étonnamment très matérialiste où les offrandes sont légions .

IMG_20181022_101715

La scénographie des photographies n'est pas toujours chose aisée dans une exposition  centrée exclusivement ou presque sur des visuels, mais le musée y répond  de très jolie façon de telle sorte que le visiteur se sent totalement immergé dans cette culture kalashe : on participe à la fête du solciste, et on admire les magnifiques costumes brodés de perles et coquillages.

IMG_20181022_095825

IMG_20181022_100334

IMG_20181022_094319

IMG_20181022_100405

Ce monde des Kalash, qui s'efface peu à peu aujourd'hui ( les chamans y ont tous disparu) peut revivre de fort belle façon grace à ce bien beau témoignage proposé par le musée.

Inconstestablement, cette exposition offre  un travail de considération très important de la culture Kalash qu'il serait bien dommage d'aller bouder.

 

Fêtes himalayennes, les derniers Kalash

Du 23/10/2018 au 01/12/2019 de 11h à 19h sauf les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

  • Fermé le lundi.
    Nocturne jeu. jusqu'à 22h, sam. dim et jours fériés de 10h à 19h. Le 14 juillet: 10h-19h
    Fermeture des guichets 45 minutes avant.
Tarifs Adulte : à partir de 9 €, Etudiant : à partir de 5 € (18-25 ans).

Gratuit pour les moins de 18 ans, les demandeurs d'emploi, les personnes handicapées et leurs accompagnants.