papa

« La maladie de papa n'a pas de nom. Enfin, je pense bien qu'elle en a  un,  et que  papa et maman le connaissent mais ne veulent pas me le dire. D’après eux, la maladie est trop rare pour que cela avance à quoi ce soit. »

Dans notre chronique jeunesse de la semaine on voulait vous parler de "Papa est en bas",  un roman de Sophie Adriansen, paru aux éditions Nathan, en septembre 2018.

Sophie Adriansen propose en effet une histoire très émouvante et poignante sur le délicat sujet de la maladie grave d'un proche vu sous les yeux d'un  jeune enfant

Le père d'Olivia, 10 ans,   a une malade orpheline, et  personne ne semble savoir  comment la guérir. Malgré son jeune âge elle comprend bien que quelque chose ne va pas chez son papa et qu'il faut faire quelque chose pour l'aider à vivre envers et malgré tout. 

Un récit fort et courageux qui porte le message suivant tant qu’on n’est pas mort, on est en vie. De cette expérience personnelle ( c'est l'oncle de Sophie Andrassen qui a été victime d'une maladie oprheline), l'auteur en tire un roman certes déchirant sur la relation père/fill,  qui évite l'écueil du pathos et surtout qui sait instiller pas mal d'humour sur le quotidien d'un malade et sur la nécessité .d’enchanter notre quotidien.

« -Ah non, excuse-moi. Tartiflette, c’est Tartiflette, une maladie qui a trouvé que j’étais tellement accueillant qu’elle a décidé de poser ses valises durablement… Tu connais mon charme légendaire ! Mais moi, je ne suis pas Tartiflette. Je suis Paul Rougemont, né dans l’Allier au siècle dernier, comptable de métier. »

On l'aime si fort notre petite héroïne Olivia, toute de courage et d'abnégation et on est heureux ( et tristes en même temps) d'avoir pu partager avec elle un bout de cette terrible épreuve.

A découvrir sans  plus attendre !

 

Papa est en bas, Sophie Adriansen -éditions Nathan/ 128 pages / Dès 10 ans / 5,95€