L’écrivain américain Richard Powers a reçu  la semaine dernière  le Grand prix de littérature américaine pour « L’Arbre-monde » (Cherche-Midi).

Richard Powers est un très grand romancier un peu comme Richard Ford ou John Irving, mais en  certainement plus pointu  mais non moins accessible comme Michel qui a adoré l'arbre monde nous l'explique de suite .

 

9782749158273ORI

« Elle raconte comment un orme a contribué à déclencher l’Indépendance américaine. Comment un énorme prosopis vieux de cinq cents ans pousse au milieu d’un des déserts les plus arides de la terre. Comment la vue d’un châtaignier à la fenêtre a redonné l’espoir à Anne Franck, dans le désespoir de sa claustration. Comment des semences sont passées par la lune avant de bourgeonner sur toute la Terre. Comment le monde est peuplé de merveilleuses créatures inconnues de tous. Comment il faudra peut-être des siècles pour réapprendre ce que jadis on savait sur les arbres. »

Comment résumer ce roman arbre, ce roman forêt, ce roman monde, ce roman du vivant. Au début il y a neuf histoires, neuf racines mères puis des personnes humaines qui se dessinent.

Résultat de recherche d'images pour "L’arbre monde Richard powers"

 

Un artiste en marge, dernier descendant d’une famille qui planta le premier châtaignier dans l’Iowa occidental, un vétéran de guerre qui doit sa survie à un figuier banian, une étudiante en rupture qui entend des voix et semble communiquer avec le vivant, un petit génie de l’informatique rendu tétraplégique en chutant d’un arbre qui  crée un jeux vidéo sur la biosphère et ses écosystèmes qui le rendra milliardaire, une garde forestière, docteur en sylviculture qui, par ses observations, prouve que les arbres communiquent entre eux…

Tous ces personnages et d’autres encore vont se rencontrer et devenir parfois contre leur gré des acteurs actifs dans la lutte pour sauver les forêts primaires d’Amérique.

Quatre chapitres : racines, tronc, cimes et graines : promenons-nous dans les bois tant que l’humain n’y est pas.

"Notre cerveau a évolué pour déchiffrer la forêt. Nous avons façonné et été façonné par les forêts depuis bien plus longtemps que nous ne sommes des Homo Sapiens. Les hommes et les arbres sont des cousins moins éloignés que vous ne croyez Nous sommes deux créatures écloses de la même graine, parties dans des directions opposées, et qui s’utilisent mutuellement dans un monde partagé. Et ce monde a besoin de toutes ses parties. Et pour notre part nous avons un rôle à jouer dans l’organisme qu’est la Terre"

Qualifier « L’arbre monde » de fable écologique ou de roman militant serait tellement réducteur. Richard Power embrasse des destins humains et les lient à jamais avec les destins des arbres.

Dans une prose romanesque et subtile il réussit à nous entrainer  sous des frondaisons poétiques qui embaument la mousse, les lichens, l’humus, et dans la touffeur des sous-bois le lecteur s’abandonne à la littérature.

Un très grand roman visionnaire que marquera son temps. 

Le cherche midi,
Trad. Serge Chauvin,
485 pages,