Mamoru Hosoda s’est imposé comme l’un des plus grands réalisateurs de films d’animation japonais contemporain et sans doute le sucesseur légitime d' Hayao Miyazaki . La preuve avec Mirai ma petite soeur en salles depuis le 26 décembre dernier : 

photo_1-56-c66f3

 Mais quel est donc ce sentiment étrange qui envahi Kun depuis l’arrivée de Miraï dans la maison ? Le garçonnet de quatre ans était si bien cajolé par maman dans la belle maison que son papa à dessinée.

Papa et maman ne sont plus vraiment disponibles, accaparés tous les deux par leur travail et surtout par Miraï cette petite sœur qui braille dès que l’on veut s’amuser avec...

Alors Kun, délaissé, va trouver refuge dans le jardin où des personnages étranges vont lui apparaitre et peut-être lui apprendre à apprivoiser ce sentiment que les adultes appellent : la jalousie...

photo_3-31-a47e1

 Quel joli récit d’apprentissage que ce formidable dessin-animé. Tout est beau, les décors, la maison et ces différents étages, et ce jardin, ce lieu où la transmission familiale et l’histoire d’un pays se retrouvent.

Tout est fin et précis, dans le dessin et dans le scénario, d’une chronique réaliste qui s’envole vers l’avenir pour faire un détour dans le passé, c’est de la famille élargie dont parle “Miraï, ma petite sœur”.

En dessinant l’arbre généalogique de sa famille Kun trouvera sa place.

Un grand film adulte et magique à portée d’enfant....