heuredelasortie

 Maintenant que le succès (critique mais aussi dans une moindre mesure public) de Grave a prouvé que le public français était prêt à accueillir des productions situées à mi parcours entre le cinéma d’auteur et le cinéma de genre, le cinéma français se pique de plus en plus de cinéma de genre,  soit de manière frontale ..(comme dans le "Revenge" de Coralie Forgeat ) soit de facon plus détournée (comme dans l'éblouissant Jusqu’à la garde de Xavier Legrand)

Parmi ces réalisateurs qui osent utiliser le cinéma de genre à des fins plus ou moins détournés, la position de Sebastien Marnier apparait comme particulièrement interessante.

Deux ans après l'éblouissant "Irréprochable,"  qui n'était pas qu'un simple un thriller, mais  également  un  film social, politique, un portrait de femme, Sebastien Marnier  revient sur nos écrans avec un film qui joue très habilement avec les codes du thriller horifique tout en allant piocher dans d'autres genres du cinéma français, comme la chronique sociale ou le  manifeste écologique.

l_heure_de_la_sortie_haut_et_court-ef43c

En effet, avec "l'heure de la sortie", en salles depuis mercredi dernier, Sébastien Marnier excelle à créer une athmosphère particulièrement inquiétante, entre réalisme et un coté proche du fantastique, amplifiée par une mangifique partition sonore, et la musique du groupe Zombie Zombie qui rajoute à ce sentiment d'inquiétude permanente, le tout faisant allégrement penser à certains films de Roman Polanski ( Répulsion notamment ) ou également au Village des Damnés de John Carpenter.

Chaque scène  du film se découvre du point-de-vue du personnage de Laurent Lafitte, vraiment étonnant en professeur parachuté dans une classe de surdoués condescendants qui ont visiblement quelque chose à cacher..

Mais ces enfants  sont ils réellement menaçants ou bien est ce la paranoïa de Pierre/ Laurent Laffite qui prennent le dessus, à l'image de ces  cafards, référence évidente à  La Métamorphose de Kafka? Là réside la clé principale de l'intrigue de cette étonnante heure de la sortie .

 Sans trop spoiler l'histoire qui réserve des surprises,  même à ceux qui auront lu le livre éponyme de Christophe Dufossé dont il est très librement inspiré,  la question de la peur écologique et d'une possible  fin du monde est essentielle dans L'heure de sortie, et son dénouement est assez formidable puisqu'il se permet d'être  aussi nihiliste que finalement assez optimiste, d'une certaine mesure.

Luana-Bajrami-lheure-de-la-sortie-champoussin

Le propos du film est particulièrement noir,  le fait d’inscrire cette dimension politique et écologique dans le genre et le thriller permet  au cinéaste  de rendre le film fascinant sans paraître particulièrement moralisateur ou  donneur de leçons.

Le film, sans doute un poil trop concentré à être parfait formellement, pour convaincre totalement en matière de récit, est sans doute un peu en deça de Irréprochable qui pour le coup,  portait parfaitement son titre.

Cependant,  une  chose est certaine, l’Heure de la sortie constitue une nouvelle  et irréfutable preuve que Sébastien Marnier maîtrise  parfaitement  la mécanique du thriller, et qu’il aborde le genre sous un angle à la fois singulier personnel et éminemment politique, une entreprise aussi louable qu'ambitieuse.

A suivre prochainement sur baz'art, un entretien avec le cinéaste Sebastien Marnier, rencontré à Lyon à la fin décembre...