JPEG - 119.8 ko

Encore une femme à l'honneur en ce 8 mars avec la géniale Daphné Patakia héroine de Meltem de Basile Doganis (sortie le 13 mars en salles) 

 Meltem, c'est le nom du vent du Nord  très dangereux et imprévisible qui souffle en été entre la Grèce et la Turquie. 

Ce meltem, il  va imprégner le doux  visage de Daphné Patakia, héroïne du premier long métrage du franco grec Basile Doganis, actrice assez incroyable découverte par Tony Gatlif dans le déjà impétueux Djam sorti il y a deux ans.

 Par rapport au film de Gatlif, où la jeune comédienne, venue d'un peu nulle part,  dégageait une sensualité et un côté solaire évidents, le personnage d'Elena, que Daphné joue dans "Meltem" est plus grave   et moins inscouciant, car elle porte  en elle un lourd fardeau;  un passé plus douloureux, et  souffre d'une double  déchirure aussi bien identitaire que linguistique.

Cette jeune étudiante en école d'hotellerie, française d’origine grecque, débarque  en effet sur l’île de Lesbos un an après la disparition de sa mère  pour passer les vacances  accompagnée de deux amis collegues dans la maison de son adolescence qu’elle espère vendre après ce séjour.

Cependant, en dépit des plages assez paradisiaques qui entourent nos trois compères,  les choses ne seront pas si simples car cette demeure reste habitée par son beau-père avec qui la jeune femme a des rapports plus que tendus.

meltem-1

Copyright Elzévir Films

Pour son premier long métrage,  qui fait suite à  deux courts-métrages remarqués, Le gardien de son frère en 2012 et Journée d’appel en 2014,  portant sur les questions d’identité, Basile Doganis propose une oeuvre touchante et tendre  qui  prolonge ces  mêmes thématiques  en abordant avec finesse  les identités  diverses qui  composent  un individu et en font toute sa complexité.

A travers le cheminement d'Elena, le film sonde  en effet  les liens humains qui font qu’on se sent appartenir à un pays, celui qu’on quitte ou celui qui nous accueille , une refexion qui prendra une tournure encore plus profonde avec l'arrivée dans ce trio d'un jeune   réfugié palestinien   ( joué par l'étonnant Karam Al Kafri, un vrai refugié politique au regard si déchirant)  qui fait toucher du doigt le spectateur des difficultés rencontrées par les migrants. 

Cette rencontre impromptue va bouleverser  la perception du monde d'Elena et de celle de ses amis,  qui vont être obligés de regarder de plus près la  crise économique et migratoire qui touche profondément le bassin grecquo- turc.

 

meltem-5

 Copyright Elzévir Films

Avec les personnages des jeunes amis d'Eléna qui apporte un contrepoids plus humoristique, le film joue sur un mélange de tonalités  et une hybridité des registres qui pourrait rebuter mais qui fonctionne bien grâce à une interprétation sans faille  ( on notera aussi dans le casting du trop rare et toujours impeccable Féodor Atkine,) et une belle écriture qui opère ces changements de ton sans coup férir .

Ne passez pas à coté de ce  joli récit d’apprentissage  qui aborde  l'héritage filial et culturel que l'on transmet et que l'on reçoit, même si le film de Basile Doganis risque de ne pas beaucoup etre à l'affiche, à partir de mercredi prochain, embouteillage des sorties oblige...

 

meltem-4

 

meltem-2

  Copyright Elzévir Films

En tout cas, on gardera un oeil averti sur la suite de la carrière de ce jeune cinéaste franco grecque et bien évidemment sur celle de l'épatante Daphné Patakia!!