Journée spéciale lecture en poche en ce mardi 12 mars.... après la littérature classique, on parle polars ( à deux semaines de quais du polar, cela nous semble normal avec 4 romans policiers particulièrement chocs dont la lecture en grand format nous avaient ravi et qui sortent ou vont sortir très prochainement...

C'est parti pour frissonner à petits prix :

1/ La femme à la fenêtre; AJ Finn ( Pocket)

 La-Femme-a-la-fenetre

"De nouveau, ce même cri déchirant, frénétique, poussé à pleins poumons. En provenance du 207. Les fenêtres du salon sont grandes ouvertes, les rideaux voltigent sous la brise. "Il fait bon aujourd’hui, m’a dit Bina. Pourquoi ne pas ouvrir une fenêtre ?" Je scrute la maison des Russell. Mon regard va de la cuisine au salon, monte jusqu’à la chambre d’Ethan, revient vers la cuisine. Alistair a-t-il attaqué Jane ? "Il a tendance à vouloir tout contrôler" m’a-t-elle confié."

Champion des ventes  toutes catégories confondues dès sa sortie aux États-Unis et en Grande-Bretagne, salué par une presse presque toujours unanime, une femme à la fenêtre  est un redoutable thriller écrit par un certain  A. J. Finn- pseudo d'un certain Daniel Mallory éditeur new yorkais de 38 ans- paru aux éditions Presses de la Cité début février 2018.

Oppressant, ce huis clos new-yorkais assume pleinement son influence majeure  :  Alfred Hitchcock fait partie des sources d’inspiration de l’auteur et cela se ressent complètement au cours de la lecture.

On pense souvent à "Fenêtre sur cour " avec le même climat de paranoïa et de voyeurisme mélangé.  Dans le film, un homme cloué sur un fauteuil espionne ses voisins par la fenêtre de sa maison,  alors que dans le roman de Finn , une femme vit seule cloîtrée chez elle et passe une grande partie de son temps à espionner la vie de ses voisins. Jusqu’au jour où elle aperçoit une voisine qui lui a rendu visite se faire poignarder.
Dans la lignée des récents best seller anglo-saxons de ces dernières années ( Les apparences, la fille du train)  le livre tient le fil du  suspense psychologique avec une efficacité narrative évidente, et quelques passages obligés du genre.

Bien que l’auteur n’ait pas renouvelé le genre, l'auteur maitrise parfaitement son sujet :  les chapitres sont construits de façon à ce que le lecteur ait toujours envie d’aller plus loin et Finn  a particulièrement soigne son personnage principale, avec cette  héroïne au cœur d'une descente aux enfers et qui ne sait pas si les situations qu'elle observe sont réels ou pas.

Finn campe joliment  l'ambiance de son huis clos  avec une sensation d’enfermement bien rendue et une belle fluidité narrative d'ensemble.
Malgré une mise en place plutôt lente, mais qui montre bien le coté répétitif de la routine d'Anna, l'intrigue nous réserve son lot de rebondissement et de péripéties en tous genre.

Alors, certes les habitués à ce genre d'intrigue pourront comme moi deviner, avant qu'elles ne soient révélées la teneur de certains twists (surtout celui qui arrive à une centaine de pages de la fin) l'ensemble est d'une efficacité redoutable et  devrait d’ailleurs être prochainement adapté à l’écran puisque la Fox est déjà en train de l’adapter pour le cinéma. avec  Joe Wright (Les Heures sombres) aux commandes pour une sortie d'ici la fin de l'année !

 2/ Lawrence Block, le voleur qui comptait les cuillères ( Folio) 

G02567

"Le fonds comptait deux exemplaires de la nouvelle, un provenait des archives des Collier's, l'autre de celles de Scriber's. Il y avait des placards et des épreuves en page, ainsi que pas mal de correspondance portant sur la nouvelle. L'agent de Fitzgerald, un certain Swanson y était représenté par une demi douzaine de petits mots laconiques."

Lawrence Block, vétéran du roman policier US, a écrit de nombreux romans policiers, avec principalement deux personnages récurrents : le détective privé Matt Scudder et le libraire/cambrioleur Bernie Rhodenbarr  qui m'interessait plus du fait de sa passion des livres

Bernie Rhodenbarr, l'un des héros récurrents de l'Américain Lawrence Block. tient une librairie d'occasions à New York,  et  dans ce nouveau volet - sorti en 2016 en grand format et réédité en poche cet hiver 2019 mène parallèlement, en tant qu'expert, une enquête avec un inspecteur de police du NYPD afin d'élu­cider le meurtre d'une riche New-­Yorkaise.

Le titre de ce roman intrigue beaucoup  mais on en comprend vite les tenants et aboutissants  et on aime beaucoup ce personnage central libraire charismatique, plein d'esprit et de répartie, une sorte d'  Arsène Lupin des temps modernes, d'un roi des cambriolages, d'un artiste du vol et de sucroit, c'est sa plus value passionné de grande littérature.

 Comme à son habitude, Lawrence Block parsème son intrigue et ses dialogues d'un humour à froid, assez caustique, et les réflexions sur la littérature, le numérique et l'achat en ligne sont vraiment bien vus et amusants.. L'intrigue policière reste secondaire, mais l'ensemble, drôle et jubilatoire est vraiment très réussi.

3/ L'homme craie, CJ Tudor ( J'ai Lu)

hommecraie

« Le karma. Ça veut dire que tu récoltes ce que tu sèmes. Tes mauvaises actions reviendront te mordre les fesses. "

 

Promenons-nous dans les bois tant que le loup n’y est pas…. Sud de l’Angleterre 1986. Une petite bande de préado étire son ennui dans cette fin d’été. Eddy, Gros Gav, Mickey Métal, et Hoppo, au cours d’une balade en forêt, découvrent  corps atrocement mutilé d’une jeune fille.

 

 Ce fait divers sanglant, trop rapidement élucidé, marque les jeunes garçons. Fini l’insouciance, les enfants vont  découvrir  que, comme eux, les adultes savent mentir pour protéger leurs misérables  secrets…Trente ans plus tard Eddy, Gros Gav, Mickey Métal et Hoppo, devenu adultes, vont devoir assumer les conséquence de leurs actes. Promenons-nous dans le bois tant que le loup n’y est pas…

 

« Malgré les recherches approfondies, les interrogatoires, les appels à témoin, en dépit des efforts de tous les enquêteurs et de tous ces messieurs de la ville, la tête ne fut jamais retrouvée, et la fille des bois resta incomplète. »

 

Bien sûr  il y a une bande d’enfants et un chien qui attendent mélancoliquement la fin des  vacances d’été, et si nous sommes bien en Angleterre ce n’est pas  Enid Blyton qui va nous raconter une histoire.

 

C.j Tudor n’a pas envie de tromper le lecteur, alors dès les premiers chapitres elle nous plonge  dans l’ambiance : un tragique accident dans une fête foraine, vraiment gore l’accident, un jeu de piste morbide, vraiment gore le jeu de piste, le suicide d’un professeur, beaucoup de sang là aussi, et la noyade d’un adolescent, cette fin de saison est plutôt revisitée par Stephen King.

 

Roman d’apprentissage très très noir,  cruelle chronique d’entrée en adolescence, découverte du mensonge et de la cruauté de l’existence. Certains s’en remettront, d’autres resterons blessés, guérit-on jamais ne notre enfance ?

 

Porté par une écriture  aussi simple que terriblement  efficace « l’homme craie » est un peu plus qu’un simple thriller.

A paraitre le 4/04/2019

Les disparues du phare, Peter May ( Babel Noir)

9782330117085


 "Cette photographie posée sur mon bureau pendant toutes ces années. Sa coupe de cheveux a beau être différente, ses traits sont les mêmes, et je comprends enfin ce qui a changé chez elle. Elle est devenue adulte et, dans le processus, elle a perdu son innocence. Pas vraiment perdu d'ailleurs. On le lui a prise.Je la lui ai prise. Quelles blessures ai-je infligées à ma propre petite fille en essayant de sauver le monde ?"

 Un homme est retrouvé  échoué sur la plage de l'île de Harris, il reprend connaissance, tétanisé par le froid il ignore où il se trouve,  amnésique, il va tenter de remonter le fil de sa mémoire pour comprendre qui il  est

La première personne qu'il croise lui apprend qu'il s'appelle  Neal Maclean, sa véritable identité  Mais toutes ses découvertes semblent amplifier le mystère plus qu'elles ne l'éclaircissent.

Peter May auteur écossais habitant en France , auteur notamment de la fameuse trilogie écossaise dite  "de Lewis"  sait parfaitement  camper une atmosphère mystérieuse et envoûtante  dans le fabuleux décor des îles Hébrides où se déroulait déjà l'intrigue de la trilogie de Lewis.

L'élégant Peter May n'a pas son pareil pour dérire ces îles sublimes balayées par les tempêtes apportant mystère et sensation d'étouffement à cette intrigue moins convenue qu'elle n'y est de prime abord avec un.enjeu environnemental de taille qui sert de clé à l'enquête. De la bien belle ouvrage!