ob_deab27_le-pays-des-oublies

 " Il traversa le centre ville fatigué avec ses vieux bâtiments majestueux qui avaient enduré des  des décennies d'apathie. Des façades sillonnées de trace de pluie et des pancartes " à vendre" délavées aux fenêtres et des pots de fleurs gros comme des tonneaux avec des des pétunias blancs et violets comme un petit rappel de la couleur de la possibilité."

 Michael Farris Smith est un écrivain américain originaire du Mississipi dont le travail et la personnalité sont marqués par son ancrage territorial dans le Sud des États-Unis.

Mickael Farris Smith connait bien les routes du Mississipi. Avec Nulle part sur la terre (paru en 2017 France aux editions Sonatine), Michael Farris Smith nous livrait une voix littéraire  sudiste singulière et poétique . à souhait.

Toujours au plus près de ses personnages, il nous raconte avec son nouveau roman, " Le pays des oubliés " publié il y a quelques semaines chez Sonatine  l’histoire d’un homme Jack Boucher, orphelin élevé par une mère adoptive, Maryann.

Jack, boxeur vétéran,  a passé sa vie à tenter de gagner sa croute dans des combats clandestins qui l'ont usé, et doit livrer un dernier combat, celui qui lui permettra de trouver de l’argent pour  éponger ses dettes, et sauver la  maison de Maryann menacés par les banques.

Comme dans son précédent roman,  et d'ailleurs  comme le titre de son roman l'indique, Michael Farris Smith nous montre comment des personnages  attachants et humains bien rudoyés par la vie  peuvent tenter de survivre .dans un monde dur et froid.

"Skelly vit l'enveloppe épaisse et le nom du casino dans le coin gauche. La certitude qu'il éprouvait face à ce que le destin avait déjà mis à ses pieds par cette nuit humide, quand tout ce qu'il avait voulu faire c'est jouer un peu d'harmonica et se saouler un peu, grandit en lui pour atteindre un niveau inconnu. Une pensée traversa très brièvement son esprit étroit et usé. " J'ai touché le jackpot!"

Le tableau est très sombre et pessimiste, mais  l’écrivain américain est au fond de lui un vrai humaniste, il sait aussi nous parler de belles personnes qui sont prêtes à tendre la main, pourvu que l’on sache simplement l’attraper.

C’est tout à la fois noir, rural, brutal mais en même temps rempli d’espoir.

Michael Farris Smith, Le Pays des oubliés (The Fighter, 2018), Sonatine, 2019. Traduit par Fabrice Pointeau. 250 p.