La nouvelle production de Claudia Stavisky, qui se joue tout le mois de mai au théâtre des Célestins,  est une pièce peu montée de Corneille, La Place Royale.

On a assisté à la première hier  soir, on vous donne nos impressions sans plus attendre, sachant que la pièce joue jusqu'au 29 mai, vous avez largement le temps d'y aller faire un tour : 

place-royale-899x600

 Il sont jeunes , ils sont beaux, ils sont riches  et ne semblent pas avoir les parents sur le dos. ils sont libres ces jeunes gens bien nés dans ce quartier à la mode.
Au sortir de l’adolescence, ils n’ont d’autres soucis que le sentiments amoureux, l’amour devient donc une occupation à plein temps. 
Mais qu’il est difficile d’aimer, qu’il est difficile de s’engager, pourquoi doit-on se résigner?
La-place-royale-04-04-19-Simon-Gosselin-2-49-770x433
Alors,  autour de cette place Royale (anciennement le nom de la  célèbre place des Vosges parisienne, où la jeunesse dorée du XVII e siècle avait l'habitude de s'y afficher), on va se désirer bien sûr, mais aussi se mentir, se trahir, se heurter, se perdre et se retrouver peut-être.
A l'âge de tous les possibles,  nos jeunes  et trépidents héros vont découvrir que choisir c’est surtout renoncer.
Le fougueux Alidor,  malgré l’amour qu’il porte à Angélique ne veut sacrifier son indépendance, alors pourquoi ne pas pousser son amoureuse dans les bras de son ami Cléandre.
Sacré Alidor ( formidablement intérprété par Loïc Mohiban, à  peine 25 ans au compteur), malheureux d’être trop aimé, il ne sait pas encore que l’on ne badine pas avec l’amour.

la-place-royale-04-04-19-simon-gosselin-2-9-900x600

Beau décor dépouillé qui sert d’écrin à de très jeunes et très bons acteurs  ( mention spéciale à Julien Lopez, étonnant Doraste ou Camille Bernon, malicieuse Phylis) qui maitrisent l’alexandrin à la perfection et occupent l’espace avec une belle maturité.
Claudia Stavisky offre au Théâtre des Célestins un excellent “marivaudage cornélien”  (eh oui,  on tente l'audace de méler  deux dramaturges aussi différents que Marivaux et Corneille dans un seul et même élan) qui devrait assurément  parler aux adolescents d’aujourd’hui et leurs parents bien sûr.

La Place Royale ou L’amoureux extravagant – du 9 au 29 mai au théâtre des Célestins

–> Bords de scène : rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation les 15 et 23 mai