SORRY TO BOTHER YOU_FRA_DVD_RET_Packshot_Sleeve_8318905-32_3D (1)

Dans la lignée de succès  du cinéma afro américain, comme Moonlight12 Years a SlaveGet Out, Black Panther,  ou le dernier Spike Lee, Sorry to bother you.  a été un succès surprise aux USA, et un succès d'estime en France, quelques mois après  avoir créé la sensation au festival de Sundance et avoir eu quelque peu de mal à trouver un distributeur en Europe..

Premier long métrage d'un chanteur de hip hop Boots Riley ( leader du groupe The coup), ce film casse en effet  un peu les codes des genres ( un peu comme le récent "Parasite " palmé à Cannes), en étant à la fois une comédie satirique,  une chronique politique contre le racisme  et dans sa dernière partie, une fable d'anticipation, proche de l'uchronie, flirtant vers la série B.

sorry-to-bother-you-05807

A travers l’histoire  un peu improbable d’un télévendeur noir qui  réussit  à percer dans son secteur lorsqu'il choisit de prendre "une voix de blanc",  on pense forcément au récent Blackkklansman de Spike Lee qui utilisait le même procédé)qui l’aide à placer des ventes,  Boots Riley nous livre une critique  du monde du travail, de la société de consommation américaine qui laisse toujours les minorités sur le carreau.

Fourmillant de dialogues percutants, et de séquences assez inventives et jubilatoires, Riley fait montre d'une belle liberté de ton et d’écriture  dont le côté série B  décalée et déjantée fait un peu penser aux bons films de Michel Gondry .

Séduisant par son ton,  son allant et son énergie., le film ne tient cependant pas forcément la distance de sa première partie, et s'enlise un peu dans le versant science fiction de la fin, mais son casting est très sympathique et contribue beaucoup au plaisir qu'on ressent devant le film.

1920x1080_SorryToBotherYou_Still2

Si Sakeith Stanfield, qui tient le rôle principal, vu notamment dans Get Out  et Atlanta, est une vraie révélation par son charisme et son dynamisme, le reste du casting, suit largement, dont Danny Glover le comédien de l'arme fatale qu'on est content de retrouver.

Surprenant et jubilatoire, ce "Sorry to bother you" donne envie de suivre la carrière de ce prometteur  Boots Riley, qui apporte un petit vent de fraincheur sur le cinéma américain indépendant parfois trop formaté!

 

Sorti en DVD Le 1 juin 2019 ( 9.99 €)