diabol

" Des inconnues qui errent à la recherche d'un confort immédiat, d'un plaisir interdit à consommer dans l'instant, sans penser à la suite des événéments et aux vainqueurs du lendemain qui viendront demander justice puis réparation."

 Cédric Melleta, qui se définit lui même comme un "’écrivain-historien " mène l’enquête et part à la rencontre de femmes complétement oubliées mais qui avaient fait parler d'elles sous l'occupation allemande, et ce pour d'obscures raisons .

Comme le titre de son ouvrage l'indique, Meletta décrit la destinée de sept femmes qui d’illustre assez fidlèlement  la figure féminine du Diable sous cette période particulièrement trouble .

Ces femmes ont pris part à des rafles d'enfants, ou traqué les résistants dans le Vercors aux côtés de l'occupant;:  parmi elles, on notera Andrée Cotillon, affairiste  prétendante au pouvoir suprème,  à Rudolphina Kahan, aide-tueuse du docteur Petiot , qui lui pourvoyait des victimes juives ( incroyables!), sans oublier Waltraute Jacobson, pilleuse peu scrupuleuse tant qu'elle pouvait se faire le plein de blé

Toutes ces femmes au parcours et à la destinée bien différente n'ont pas commis des délits ou  crimes de nature équivalente, mais toutes auront été dans une certaine mesure les sorcières de la Gestapo et de la Milice .

Avec un sens du détail et de l’anecdote, Cédric Meletta  n'hésite pas à asuculter ses affaires, comme on rouvre des dossiers enfouis, et  nous plonge dans les eaux bien sales d'une période tellement trouble avec un livre glaçant qui en dit pas mal sur la nature humaine  tant ces femmes n'ont pas perdu une occasion de faire leur beurre  sur la tragédie des hommes, montrant ainsi à quel point Occupation pouvait pousser  à l’abjection la plus terrifiante . 

- Cédric Meletta:Diaboliques, Sept femmes sous l’Occupation, février 2019, 221 pages, 20 €

Edition: Robert Laffont