baikonour

« Marcus est intrigué, chausse ses jumelles et fixe longuement le troupeau lumineux. En point de mire, hommes et femmes, une quarantaine, portant à la main lanternes et bouquets de fleurs, une étrange procession qui progresse lentement en direction de la mer. Il imagine de tout là-haut une litanie portée par un champ triste, des mots psalmodiés sur une mélodie aussi paresseuse qu’un poème. Il se rappelle ces cortèges hindous bardés de couleurs et d’ornements qu’il a vus à la télé. A la jumelle, des profils moins exotiques, une idée de la Bretagne saine et robuste, des marins pour ouvrir la marche drapés  dans leurs cirés poisseux, des jeunes et quelques femmes dont une, soutenue par des bras solidaires, jolie d’ailleurs, dont Marcus se demande bien qui elle peut bien être. »

Marcus jeune grutier observe la vie d’en haut. Il suit tous les matins les allées et venue des fourmis humaines qui sillonnent la place de Kerlé, la petite ville bretonne où il travaille à la construction d’un centre commercial. Anka, une jeune fille en deuil de son père, marin pêcheur disparu en mer, est à un carrefour de sa vie. Le salon de coiffure où elle travaille est tellement petit et l’océan immense si proche.

Un évènement tragique va permettre à Marcus et Anka de se  croiser. Un petit oiseau et un petit poisson peuvent-il s’aimer d’amour tendre ? Petite vie ou grand destin, à l’âge de tous les possibles c’est le moment de larguer les amarres.

Pointilliste du quotidien, la romancière belge  Odile D’Oultremont ( qui pour l'instant people a été mariée pendant quinze ans avec l'humoriste Stephane De Grodt) nous entraine dans une ronde tendre et subtile.

Récit d’une émancipation avec en creux une émouvante évocation de la paternité, la romancière fait exister ses héros avec finesse.

Peu de mots, peu de personnages et c’est pourtant tout une délicate comédie humaine qui se dessine.

Un roman sensible et généreux.

Baïkonour;  Odile D’Oultremont ( Editions de L'Observatoire), en librairie le 21 août 2019