ile introuvable

 

"Mon petit Ravanec...Cinq ans, je crois, que tu t' appliques à devenir écrivain. Pour cela tu es devenu journaliste. Les éditeurs ne publient plus que ça: des journalistes. Ils publient des carnets d'adresses; pour être sûrs que les livres de leur maison seront ensuite encensés par les mêmes journalistes. Il te manque encore d' être un "beau parleur" et de pouvoir passer chez ce caissier de Pivot. Il te manque d' être célèbre, mais attention, Il faut fournir une certaine dose de bêtise et de vulgarité pour être célèbre de son vivant. Il te manque de ne pas écrire tes livres et d' être un parfait négrier. À quoi bon les écrire, tes livres ni faits ni à faire?"

 Olivier Ravanec a tout pour devenir un écrivain célèbre. Une enfance morose dans le Sud de la France entre une mère qui affole tous les mâles de la région et un père, triste petit proviseur de collège et diariste méconnu. Puis leur mort tragique et prématurée alors que le jeune Olivier n' à pas quinze ans. Une maladie pulmonaire décelée dès son plus jeune âge tout comme Proust, Camus ou Barthes, faible de la poitrine eux aussi.

Un premier roman salué par la critique alors qu'il fête tout juste ses vingt printemps. Et puis le tourbillon des années quatre-vingt, un ami milliardaire et une maîtresse éditrice chez Gallimard.

Mais alors pourquoi diable Olivier Ravanec n' est il pas devenu un écrivain riche et célèbre?

Dans ce roman germanopratin malin, érudit et surtout à tiroirs, Jean Le Gall embrasse trente cinq années de vie mondaine, politique et culturelle française.

Le Gall nous livre un roman fort sympathique, un peu écrivain chic entre rive droite/rive gauche ( NDLR : Jean Le Gall dirige les  excellentes éditions Séguier, est ce que cela aurait par hasard un rapport avec le fait que le dit roman figure sur la liste des finalistes du prix de Flore.?.)
Trente cinq années de littérature parisienne au grand écart surprenant de Jack Thieuloy, écrivain sulfureux et cannibale, à Michel Houellbecq, écrivain dépressif et jamais au mieux de sa forme.
"L' île introuvable" est un roman intelligent, drôle et très écrit, avec un petit côté  "j'aaadore la littérature"....mais c' est  aussi et surtout une lettre d' amour enflammée à cette maîtresse exigeante qu' est la littérature. 
L'ILE INTROUVABLE - LE GALL JEAN - Robert Laffont/22 août 2019