ecart

 

«  Je n’ai pas non plus décidé de rentrer au bercail pour me rétablir. En fait, le court séjour que j’avais initialement envisagé s’est prolongé,  et je me suis retrouvée coincée ici. Pour moi, les Orcades ne sont pas, comme pour la majorité des Anglais qui vivent dans l’archipel, un pays d’adoption, mais ma terre natale. Tout au long de l’année écoulée, je n’ai cessé de repousser mon retour à Londres, d’abord pour réparer les murets en pierres sèches et aider mon père pendant l’agnelage, puis pour recenser les râles des genêts, et maintenant pour passer l’hiver sur Papay. Les Orcades ne veulent plus me laisser partir. »

Comment se construire ? Comment choisir sa vie ? Pour Amy petite filles des Orcades, un archipel Écossais battu par les vents, c’est vraiment difficile. Une enfance grandie au rythme de la maladie mentale de son père bipolaire et dans l’affection d’une mère dépassée, elle n’a qu’une envie quitter la ferme et partir découvrir le monde. Et le monde c’est Londres la grande ville qui brille tant qu’elle aveugle.

Amy part en vrille, fêtes, alcools, drogues, solitude, dépression, Londres la ville qui abîme. Durant dix années Amy va se perdre jusqu’à finir dans un centre de désintoxication. Abstinente elle quitte Londres, la ville toxique, pour retrouver Mainland et la ferme paternelle fouettée par les embruns de la mer du Nord. Pour quelques semaines le croit-elle mais à l’écart du monde une nouvelle vie l’attend.

« La dépendance  alcoolique est une pratique qui se présente comme la solution au problème qu’elle pose »

Etes-vous prêt pour un voyage dans des iles du nord de l’Écosse loin très loin des circuits touristiques. Très minutieusement Amy Liptrop, nous conte sa résurrection au contact de la faune, de la flore et même des constellations de cet archipel subarctique.

Résultat de recherche d'images pour "ile des orcades ecosse"

  Fou de Bassan, macareux moine, sterne arctique, fulmar et autres petits pingouins, l’observation du peuple ornithologique, le rythme apaisant et la fraternité des iliens, la magie des aurores boréales, les bains de mer hebdomadaires dans la mer glacée, la mythologie gaélique et une introspection existentielle, le récit de renaissance  de Amy Liptrop fait un bien fou, comme une ballade revigorante sur un sentier de granit au bord d’une mer fracassante., allez chaussez vos bottes et enfilez votre ciré.

 Ce très chouette bouquin nous donne de suite envie de pluie et de froidure. et grâce ce formidable roman,  on connait bien la faune et la flore des Orcades.....

Ce n’est surtout pas un récit manichéen qui oppose la vilaine ville et les gentilles îles. Amy Liptrot est tout à fait consciente des défaut et des qualités des deux, d’ailleurs elle sait qu’elle a besoin de l’une et des autres.....

L’écriture est très simple, mais jamais mièvre, du très bon travail.;en fait, nous sommes dans le journal d’une femme de trente ans victime d’une maladie qui trouve de la ressource dans un lieu... 

Nous faisons le pari qu’en poche ce livre devrait bien marcher, entre ceux qui aiment le style journal intime et ceux qui ont une préférence pour le récit de voyage.....

L'écart/ Amy Liptrot;Chez Pocket depuis  août 2018
336 p.  7,90 €