affiche-fabienne-v15-rvb-web_new-logo2

Depuis son premier long métrage, Frankie, ou dans son très beau et trop méconnu second film, Pieds nus sur les limaces sans oublier son dernier en date, Sky  la cinéaste  (et romancière également à qui on doit le beau “Un Jardin sur le ventre” , courronné du Prix Françoise Sagan 2011), Fabienne Berthaud s'intéresse de près aux personnages  de femmes  brisées, en s'efforçant à leur trouver un rayon de lumière au cœur des situations les plus brutales ou désespérées. 

C'est encore le cas de  son  nouveau film "Un monde plus grand ", qui sort en salles le 30 octobre prochain. Pour une fois, la réalisatrice n'a pas choisi Diane Kruger pour le rôle principal de son film, mais une autre actrice franco étrangère, Cécile de France. 

Un monde plus grand est adapté du livre de Corine Sombrun   "Mon inititation chez les chamanes" ( un livre disponible en poche chez Pocket, complément idéal du film)  .umpg_grab002-00101228

Le scénario  retrace le parcours de Corine, une  jeune femme  ingénieur du son complètement détruite par la mort de son mari après des années de maladie et qui part pour la Mongolie enregistrer des sons et chants traditionnels suite à un deuil.

Corinne va alors apprendre qu'elle a recu un don rare de transe chamanique et qu'elle doit le développer en étant intitiée aux rites chamaniques, ce que va accepter, à la grande incompréhension de ses proches restés en France, la jeune femme.

Ce long métrage est donc le récit du séjour dans les tréfonds de la jungle amazonienne que va entreprendre cette femme qui va peu à peu décider de suivre un enseignement chamanique et des expériences totalement bouleversantes. 

On va la voir apprendre peu à peu à s'approprier ce pouvoir  déstabilisant et tous les rites de passage vers l'au delà.

umpg_grab006-00172463

Fabienne Berthaud  a tenu à ce que le spectateur vive une expérience physique, qu’il ressente plutôt qu’il ne voit les choses, d'où une volonté de privilégier les scènes très sensorielles aux grandes explications psychologiques et aux séquences trop bavardes. 

Elle opte ainsi pour un lyrisme et un sens du romanesque, sans doute plus prononcé que dans ses précédents films.

Elle  accompagne le parcours iniatique, singulier  et profondément spirituel de Corinne, en magnifiant le potentiel sublime des paysages, composés de montagnes et forêts d'une beauté à couper le souffle, un peu à la manière du cinéma d'une Naomi Kawaze, à qui on pense parfois. 

La nature, dans toute son immensité,  semble posséder un pouvoir mystique et mystérieux, qui fait perdre tout repère temporel, épouse le cheminement personnel de l'héroïne qui s'y sent à la fois perdue et envoutée.umpg_ph10

 Loin de "rendez vous en terre inconnue", à qui le scénario pourrait faire penser, sur le papier, "Un monde plus grand" est avant tout le vibrant portrait de femme tout à la fois tragique et lumineux, à qui Cécile de France prête son côté à la fois carré et presque parfois animal.

Une oeuvre qui donne envie de croire à ce qui n'est pas tangible à travers cette jolie rencontre avec un peuple et une terre dont la spiritualité ne peut que toucher au coeur.

Bref, le livre/ témoignage de Corine Sombrun a une adaptation cinématographie largement réussie avec ce beau  film de Fabienne Berthaud à voir sur nos écrans le 30 octobre .

 

A noter que le film sera projeté en avant première le lundi 21 octobre au cinéma de Lyon Lumière Terreaux