Quatre films-clés de la carrière de l'immense René Clair ressortent en version restaurée, ce jeudi 24 octobre 2019, à l'initiative de Pathé et de la fondation Jérôme Seydoux : deux moyens métrages présentés ensemble et deux long-métrages.

Trois combos DVD/Blu-Ray qui permettent de découvrir ou de se souvenir de la très grande variété de style et de l'inventivité dont a fait preuve René Clair au cours de sa carrière, d'abord dans l'entre-deux guerre puis après la seconde guerre mondiale.

3DBRD ENTR'ACTE PARIS QUI DORT

3DBRD LE DERNIER MILLIARDAIRE3DBRD LE SILENCE EST D'OR

Entr'acte, le tout premier film du réalisateur, est un court-métrage commandé par le directeur du théâtre des Champs-Élysées pour, comme son titre l'indique, service d'entracte au ballet Relâche, écrit par Francis Picabia et mis en musique par Erik Satie.

Petite pastille surréaliste, elle est l'occasion de voir quelques artistes parisiens en action, comme Man Ray et Marcel Duchamp disputant une partie d'échec sur les toits de Paris, ou Erik Satie en canonnier facétieux.

 

Paris qui dort est sans doute la pépite de l'ensemble, un véritable émerveillement devant tant de modernité et de poésie dans un Paris où les habitants ont été figés par un savant-fou.

Dans les rues de la ville endormie, seuls six personnages déambulent, à la fois grisés par cette soudaine liberté et effrayés par la solitude. On ne compte pas le nombre de réalisateurs qu'a pu influencer ce film novateur qui, avec si peu de moyens, multiplie les trouvailles de mise en scène pour nous embarquer dans cette errance science-fictionnelle vertigineuse.

Par un saut dans le temps, on arrive au Dernier Milliardaire, une nouvelle rupture dans la carrière de René Clair, au milieu des années 30.

Une comédie politique en forme de satyre qui reflète bien l'époque dans laquelle s'inscrit le film, entre une IIIe République ébranlée par l'affaire Sativsky ou la marche des ligues d'extrême-droite sur Paris et la montée du fascisme en Europe.

 

paris qui dort

Le parcours proposé par ces nouvelles restaurations nous mènent à l'un des films les plus connus du réalisateur, Le Silence est d'or.

Un long-métrage qui constitue un double retour pour le réalisateur : En France, après son exil aux États-Unis, et à ses premières amours, celles du cinéma muet, puisque le film esquisse le Paris de la Belle Époque, alors capitale du cinéma muet, dans laquelle Maurice Chevalier interprète un cinéaste qui tombe amoureux d'une actrice débutante.

La boucle est donc doublement bouclée autour de René Clair avec ces quatre films que les suppléments, constitués d'archives Pathé et surtout d'entretiens autour des œuvres, permettent de replacer dans leur contexte.

Trois nouvelles éditions de qualité qui constituent, prises ensemble, un bien bel aperçu de la carrière de René Clair.

Sous les toits de Paris (René Clair - 1930)