MF-CHATON-1024x683

Après le succès des saisons précédentes avec notamment une belle prestation de Gaël Faure le Théâtre Comédie Odéon a inauguré ce dimanche 17 novembre 2019, la troisième édition du Festival French Connexion, et on ne pouvait rater cette occasion comme les deux années précédentes. 

À l’origine de ce projet musical? La passion et l’attachement à la musique et à la langue française, qui ont réuni le Théâtre Comédie Odéon, A Thou Bout’d’Chant et Morpheus Production.

La première session de cette nouvelle saison 2019 était l'occasion de découvrir sur scène deux artistes dissemblables mais complémentaires, deux artistes trentenaires qui ont eu plusieurs vies avant celle qu'ils vivent actuellement, et qui assument, chacun de leur côté un univers aussi singulier que poétique et déroutant : Chaton et Marie Flore ..

chaton

Le premier a entrer sur scène- tout seul juste accompagné de ses machines, et avec un préposé aux lumières visiblement au chômage technique-  fut donc Simon Rochon Cohen,   plus connu sous le nom de Chaton,

Le dénommé Chaton fut célébré par toute l'intelligenstia parisienne  ("proclamé "le son à écouter en 2018" selon les "Inrocks),  lorsqu'il a sorti l'an dernier un album Possible, mais de notre côté, on avoue qu'on ne peut pas tout écouter et qu'on était totalement passés à côté de lui. 

 

Avant de renaitre de ces centres, Chaton a eu plusieurs vies, il a notamment été auteur-compositeur pour des stars de la variété des années 2000, notamment pour Jennifer (son tube "Je Danse", un des meilleurs morceaux de son repertoire) et a enregistré trois disques assez confidentiels sous le pseudo de Siméo.

Un peu au fond du trou, lorsqu'il a sorti en 2018  son "Possible"  il a cassé la barraque et ce disque est pour lui l'occasion de mettre en avant  des sonorités électroniques qu'il délivre sous fond d'auto tune à la manière de PNL ou Booba  et des texts poétiques qu'il clame d'une voix nonchalante, entre reggae dub vaguement futuriste et chanson française plus traditionnelle. 

 Ce grand gaillard chevelu, à qui le surnom Chaton parait assez incongru pour qui le voit pour la première fois de visu, est un parisien d'adoption qui a vécu son enfance à Lyon.

Ainsi, si l'article a insisté sur la présence de ses  parents et ses frères dans la salle , il a semblé bloquer sur l'horaire indue du spectacle ( 17h, donnant une ambiance gouter au concert) et sur le fait que le public était assis, ce qui cadre mal avec les rythmes chaloupés que ses machines autour de lui insufflent à ses mélodies.

Cela na pas empêché l'audience d'être plutôt réceptive à ses morceaux phares comme J’attends en bas, N’importe quoi, Sois pas géné, Pas de doute, sans oublier sa reprise particulièrement originale, qui l'avait fait remarquer au grand public du tube de Céline Dion, Pour que tu m’aimes encore.

Résultat de recherche d'images pour "chaton chanteur"

 Sa voix filtrée , robotique et fragile,  peut donner à l'ensemble une dimension un poil désincarnée qui peut laisser de côté le spectateur pas forcément habitué à ce genre de prestations , et l'heure quinze de set peut vite virer au monotone pour les non initiés.

Cela dit, quand on arrive à les saisir, malgré cette prédimonance de l'auto tune,  les textes ironiques et amer sur les dérives d'un trentenaire vivant à Paris, et ses attaques contre la société du disque (Monde entier) sont assez originaux et intelligents pour interpeller.

Notre ami félin a fini son set en chantant avec un enfant d'une dizaine d'années qui lui réclamait à corps et à cri un de ses morceaux (Coco), laissant visiblement quelques spectateurs sur le carreau et emballant les autres, même si, reconnaissons le, ce n'était pas la folie furieuse dans les travées du Théâtre Comédie Odéon.

Mais Chaton est de ces artistes qui ne doivent pas détester provoquer et cliver son auditoire, donc, en quittant la salle lyonnaise, et  en laissant dans l'air une boucle sonore pré enregistrée , on peut imaginer qu'il n'était pas si mécontent que cela de sa soirée, enfin plutôt de son après-midi..

 

Si Chaton était un peu passé en dehors de nos radars, c'était loin d'être le cas de la seconde artiste prévue lors de la soirée: Marie Flore, dont on a chanté les louanges quelques semaines à peine avant la sortie de son premier album "Braquage" à la mi octobre. 

 Comme la jeune auteur compositeur interprètre nous l'a expliqué lors d'un court mais intense échange juste avant son concert (interview à venir prochainement, on espère) cette session French Connexion était simplement le second concert qu'elle a pu donner pour défendre "Braquage",  avant de donner notamment trois dates à Paris aux Etoiles d'ici là fin de l'année, donc forcément, le stress et l'inquiétude de ne pas être à la hauteur du challenge étaient un peu là chez elle et ses trois- excellents - musiciens qui l'ont accompagné pendant son heure trente de son impeccable prestation scénique.

IMG_20191117_185644

Et pourtant, on s'est vite rendus à l'évidence que le show de ce 17 novembre fut des plus rodés et on n'était pas surpris de savoir que Marie Flore a tourné pendant deux ans avec des artistes comme Pete Doherty ou Julien Doré puisqu'elle a assuré comme une reine ce dimanche soir à Lyon.

IMG_20191117_193508

 Marie Flore a ainsi décliné les 12 morceaux son récent écrin et a prouvé au public présent sa faculté incroyable à décliner l’amour passionnel et dysfonctionnel dans et sous toutes ses coutures,  de la résignation à la trahison, de la colère à la lassitude. 

Des morceaux plus "up tempo et dansants" (Tout ou rien,  Pas envie, M’en veux pas), aux titres  plus acoustiques sur lesquels l’émotion est à son apogée (Sur La Pente”,  ou un cinématographique et envoûtant "Presque île" que les lyonnais ne peuvent qu'adorer , celle qui aura été bercée aux titres de Léonard Cohen dans sa prime jeunesse, mais a,beaucoup écouté Damso ou PNL pendant la conception de "Braquage", aura imposé avec une immense élégance et une maitrise indéniable ses arrangements pop tour à tour organiques et éléctroniques.

marieflore

 Ne suivant pas forcément la tracklist de l'album, mais alternant quand même avec un même a propos mélodies plus enjouées et ballade intimistes et déchirantes, la demoiselle a pleinement conquis son auditoire.

Elle aura par la même occasion largement prouvé que les comparaisons  avec les grandes chanteuses françaises actuelles (Juliette Armanet ou encore Clara Luciani ) de la part d'une presse nationale  ( Tétu/ Les Inrocks, France Inter et d'autres ) largement conquise ne sont pas du tout usurpées. 

Son sens de la punchline affutée comme des lames- qu'elle tire de ses expériences passées de chant en anglais ainsi que de son goût pour le rap-  sa qualité d'écriture démontrant un ’art des métaphores à la fois poétiques et d’une grande sensualité, ont confirmé hier soir à Lyon comme une évidence : Marie Flore est assurément une des artistes de la scène musicale française les plus passionnantes et prometteuses du moment. 

 

Prochain festival French connexion le 15 décembre prochain avec un autre duo très alléchant : Yseult et Mauvais Garçon -

Toutes les informations disponibles aussi